Nicolas Sarkozy - Bernard Kouchner, Quel avenir ?

Publié le par Antoine

J'ai lu ça sur un blog :

"Sarkozy-Kouchner remplaçant Chirac-Villepin... Le plan Bush pour la France est en marche. Aucune surprise dans ce tandem souhaité par Kouchner fin 2006. Après le bombardement de la Yougoslavie et de l'Irak, celui de l'Iran (et les autres) sera doctement expliqué au peuple de gauche par cet habitué des media, sous-marin de l'ambassade américaine. L'erreur incombe au PS d'avoir laissé le champ libre à des arrivistes comme lui ou Besson...Vivement Epinay II ! "

Effectivement. S'il y en a qui croient que c'est par une volonté d'ouverture, ou que tout à coup Sarkozy fait dans l'humanitaire ...

Comme on l'a vu dans l'article sur Bernard Kouchner et la Yougoslavie
, la personalité préférée des français, n'est pas si rose que ça dans sa gestion de la crise du Kosovo. Et il avait prévu quel que soit le président d'être nommé ministre des affaires étrangères : ici et .

Non je dirais plutôt, que coté politique étrangère, ils ne s'entendent pas trop mal ces deux là. Comme Sarkozy, il est lui aussi est très atlantiste. C'est un théoricien du droit d'ingérence, c'est à dire du droit du plus fort à faire et défaire les gouvernements. C'est ce qui l'avait poussé à accepter la guerre contre Saddam Hussein. voir ici
). Il est même pour l'intervention préventive, comme il l'annonce lui-même.

Aurait-il soutenu les tentatives de coups d'états contre Chavez ? En tout cas monsieur se fait payer 25 000 € par Total pour rédiger un rapport dédouanant cette "entreprise humanitaire" de ses méfaits en Birmanie. Vous trouverez un lien vers le rapport ici
. Et vers ce qui se passe en Birmanie dans l'article : Birmanie : Kouchner n’a pas vu d’esclaves mais Total les indemnise, par Maxime Vivas.

Comme quoi l'ingérence ça va, ça vient. Je veut dire, pour ceux qui croient encore que derrière "les valeurs uniiverselles" il y a autre chose que du pouvoir et des matières premières, l'oeuvre de Kouchner est le fil à suivre, la bobine à dérouler pour comprendre qui tire les ficelles.

Bernard Kouchner est un des néo-conservateur de gauche
en France. D'ailleurs il participe à des mouvances pro-américanistes , voir l'article Les meilleurs amis de l'amérique :
"Depuis les manifestations contre l’intervention des Etats-Unis en Irak, des intellectuels français, révoltés par l’antiaméricanisme, ont fondé le Cercle de l’Oratoire. Inspirés par les néoconservateurs et pourfendeurs de l’islamisme radical, ils se réunissent à Paris dans un temple protestant."

Perso, je n'ai rien contre les USA. Martin Luther King, Thoreau, j'aime bien. L'autre jour je lisais par dessus l'épaule d'un grand noir un livre sur Malcolm X des éditions esprit frappeur
, et ça m'avait l'air pas mal ce qu'il racontait dans ses derniers discours. Même pour les amish j'avouerai un petit faible (ça fera crier à gauche, mais bon chacun son Amérique).

En revanche certains cotés me plaisent moins. Nous connaissions l'idéologie sécuritaire chez Sarkozy, Bernard Kouchner vient renforcer la tendance islamophobe de celui qui stigmatisait "les moutons dans la baignoire". Bizarrement l'islamophobie chez ces gens là, c'est surtout contre les croyants tranquilles, par contre d'expériences les néocons sont souvent amis des mouvements religieux violents (voir
Quand Washington finance ses adversaires.) . Il semblerais que Sarkozy aie déja pris le parti de favoriser certains courants en France lors de la création du CFCM, mais je n'arrive pas encore à y voir clair.

La revanche des atlantistes contre l'intervention de Dominique de Villepin va battre son plein. Attendez vous donc à rejoindre Monsieur Bush dans sa politique étrangère. Rappelez vous le 11 septembre
. Dans le film de Micheal Moore, Georges W Bush ne faisait rien pendant 8 mois, jusqu'à ce que les tours s'éffondrent et qu'il parte en guerre. Et c'est bien les tours qui avaient fini par pousser les americains a accepter les guerres. J'espère très sérieusement qu'en France, Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner n'estimeront pas qu'un attentat est nécéssaire pour nous faire avaler leurs couleuvres.

En tout cas si Sarkozy, qui n'a pas été élu pour faire dans la dentelle, a pris la précaution de mettre Kouchner aux affaires étrangères c'est qu'il prévoit de lui confier du boulot. Rappeler vous que c'était le pacifiste Yoshka Fischer qui servit à vendre la guerre en Yougoslavie aux allemands. On peut s'attendre donc à une prochaine intervention "humanitaire" avec ses bombes propres et inteligentes.

D'après le Monde
, M. Sarkozy s'est engagé à porter les crédits militaires à 2 % du PIB (normes OTAN). Le nouveau ministre de la défense c'est Hervé Morin, lui aussi plutôt etiquetté soft puisqu'il vient de l'UDF. Pour lancer une guerre, j'aurais plutôt gardé MAM à sa place. Ce n'est peut-être pas pour tout de suite ...

Sinon plusieurs commentaires sur les blogs évoquent une volonté de faire disparaître toute forme d'opposition. Coupé l'herbe sous le pied de Bayrou, surement, mais aussi fabriqué une sorte de consensus mou (pour faire passer une politique dure), se donner l'image d'un gouvernement d'union nationale, ce qu'il n'est pas.

1/Pourquoi sarkozy a proposé le Quai d'Orsay d'abord à Védrine, puis à Kouchner? C'est à dire, successivement et même peut-être ==en même temps==, à deux personnalités diamétralement opposées, qui se sont régulièrement affrontées dans le passé (raison d'état védrinienne contre droit d'ingérence kouchnerien)... Pourquoi? Peut-être tout simplement parce que Sarkozy se fout de ce que pensent ces deux personnes, et ne raisonne qu'en termes d'image, voire, plus surement en termes de parts de marché. Comme pendant la campagne électorale, où il a tout promis (sauf ce qu'il est en train de faire d'ailleurs).
Une hypothèse qui court est d'aileurs qu'il a appâté Védrine pour mieux attirer Kouchner, la cible principale, "l'homme le plus populaire de France" comme disent les sondages de Lagardère.

2/Au delà du projet à court terme , et qui parait d'ores et déjà atteint ( faire un croche-pied à Bayrou l'unijambiste sans députés et assommer par deriière la gauche déjà K.O. debout), que révèle cette volonté de balayer le spectre politique le plus large possible, de Boutin à Védrine et au-delà? Peut-être tout simplement le souhait d'empêcher l'émergence d'une opposition social-démocrate, qui se serait construite automatiquement en réaction à ses politiques affichées clairement durant la campagne.

3/Plus qu'à 1981, cette élection commence à faire penser à 1958 et au retour de De Gaulle : un appel aux hommes de bonne volonté pour sauver le pays, en faisant confiance au nouveau président. Traduit en temres de politologue, c'est c'est la mise en place d'une droite bonapartiste, populiste et interclassiste qui cherche une assise dans l'ensemble de la société, pour réaliser le rêve de Peyrefitte dans les années 60 ( "si on fait pas de conneries on est au pouvoir pour trente ans).

4/Seulement, voilà, Sarkozy n'a pas le passé de sauveur de De Gaulle ; et à l'inverse, il a des attaches avec le monde de la finance que n'a jamais eu le chef de la France Libre. Ce projet bonapartiste n'a donc aucune chance de réussir dans la durée, car la réalité des liens de SArkozy avec ses mandants apparaitra plus vite que prévu et personne, même pas l'homme le plus populaire de France, ne pourra le faire oublier.


il avait déjà voté Tapie à une élection européenne bien que membre du parti socialiste à l'époque....

Ce qui nous attend ?
C'est sans doute pire que ce que l'on peut imaginer. La trahison c'est la tasse de thé de M'sieu le Président élu, lequel répéte à sassiété "je ne vous trahirai pas" alors qu'il passe son temps à débaucher des félons. Il faut savoir que ce qu'il fait là a déjà été tenté en Hongrie par son excellent ami, ce véritable fou ivre du pouvoir (du pouvoir pas de pouvoir) qu'est Viktor Orban. Cette politique de prétendue ouverture, vaine tentative de musellement de toute opposition, a eu comme effet de dresser les gens les uns contre les autres dans une véritable atmosphère de guerre civile au moment des élections. Dans un tel cas en effet, on vous culpabilise sans cesse d'être opposant alors que l'on dit avoir rassemblé toutes les forces du pays. On vous somme alors de choisir lorsque vous votez, pour ou contre "l'union nationale" décrétée par un seul qui n'a pourtant jamais reçu un tel mandat de ses électeurs. Le piège c'est qu'alors on ne se situe plus dans un affrontement droite/gauche mais dans un affrontement "pour la Hongrie, pour la France" ou "contre la Hongrie/ou contre la France". Ainsi cette démarche sarkozyenne fonctionne-t-elle comme un véritable piège vipérin qui ne vise pas qu'à réduire le Parti Socialiste à sa plus simple expression, il est assez grand pour s'en charger tout seul. Non, cette démarche de débauchage vise à tout contrôler à travers une sorte de parti unique du Président, avec son aile droite, son aile gauche, et son croupion centriste. Ce sera ravageur et ça ne favorisera que la montée des tensions et des extrêmes, les gens étant de plus en plus déboussolés par une démarche qui tue dans l'oeuf l'espérance mis leur vote et cela dès le premier jour et malgré les incantatoires "je ne vous trahirai pas" qui sont des voeux d'alcoolique devant sa bouteille. Besson Védrine, Allègre, Kouchner... tous ceux qui se prêtent à cette machination ne sont pas seulement des traites qui vont à la soupe du pouvoir et de ses petits avantages, mais des criminels en puissance. Ils ne font déjà plus partie de la gauche, sans parler du PS auquel ils ne sont pas forcément adhérents ou membres depuis peu, par le fait même qu'ils ont accepté de se prêter à ce jeu destructeur sans dire un mot, voire d'aller dans le mur sarkozyen en klaxonnant qu'ils sont les meilleurs puiqqu'ils vont faire partie de la "dream team" qui dirigera la France. La France n'est cependant pas la Hongrie sortant du socialisme et ayant tout une vie démocratique à reconstruire. Notre culture politique et républicaine est bien plus développée et il serait surprenant que la droite laisse cela en l'état, à juste titre. Nous avons déjà entendu que ça commence à tanguer fort du côté de Devedjian, Alliot-Marie et d'autres vont suivre. Mais il y a peut-être plus grave : aux législatives de juin que va faire l'électorat lepeniste qui a voté Sarkosy sinon envoyer des députés FN à l'Assemblée Nationale ? En réalité, ne serait-ce pas là l'un des buts de ce jeu ? Avec des députés FN à l'Assemblée le Président Sarkozy nous expliquera qu'il doit ouvrir son gouvernement à ce parti. Ouh, ouh méfions-nous les pièges sont partout !


Sans parler de sa participation au très fermé club "Le Siècle", ou se mèlent allègrement politiques (de tout bords), présentateurs du JT (de toutes les chaines) et hommes d'affaires. Ce club décrit dans deux livres :

  • Anne Martin-Fugier, « Le Siècle » (1944-2004), Un exemple de sociabilité des élites, Vingtième Siècle n°81, 2004.
  • Emmanuel Ratier, Au coeur du pouvoir : Enquête sur le club le plus puissant de France, Facta, 1996, 590 p. ("Attention Emmanuel Ratier est une personalité proche de l'extrême droite ! S'il écrit ce livre sur la collusion média/politique/finance, c'est dans une optique particulière, cependant les bouquins ne foisonnant pas sur le sujet, je juge utile de vous mettre la référence).
Vous pouvez en lire un peu plus sur le site strategies.fr et sur ce forum. Bernard Kouchner y cotoie régulièrement Rachida Dati et David Pujadas. Pourquoi ne pas travailler avec eux ?

Sur la collusion hommes-politiques et médias, il est aussi intéressant de voir "Pas vu, pas pris" et "Enfin pris", deux reportages de Pierre Carles.

à suivre ...

Ce la se précise c'est bien le Darfour qui sera le voyage de noce de ce mariage incongru.

Publié dans Gouvernement Sarkozy

Commenter cet article

valentini 17/11/2010 12:07



 


Alors les Français, c'est oui! Vous voulez que je continue! Merci! Je suis vraiment fier de vous!


 


Le commentateur-en-chef de la France-qui-s'en-sort, à toute heure, France-essor-âge, a exprimé, d'une voix mâle, quoique humaine, sa volonté de dissiper les malentendus. Les
siens, bien entendu! Les siens, qu'il reconnaît en toute circonstance. Les poètes, en effet, ne sont pas seuls à user des mots, au nom de quelque secrète affinité. Mais
généralement, ils ne prétendent pas prendre la parole publique en otage, en faisant de leur subjectivité, un ministère. Les siens, dissipateurs de fonds
publics, il y a peu, occupés à dénoncer, avec des accents quasi patriotiques, la folle dépense étatique. La Mégère à ce qu'il semble est facile à apprivoiser. Comme on compare
le budget de l'état et l'argent du ménage, l'idiot médiatique consentira à cette nouvelle catégorie, l'apprivoisement, dont nous ne prétendons pas cependant tirer un concept. De
l'ironie, nous verserions alors dans le ridicule, en apportant aussitôt notre obole à l'idiome standard qui a les mass-médias, une entreprise d'hommes, sans oublier les femmes, pour support,
veinard! Elle est belle, elle est bonne, son italienne! Prolétaire, réveille-toi, lève la tête, c'est toi qu'on interpelle! Pas le temps, amigo, j'ai déjà du mal à joindre les deux
bouts!


 


Les siens qui prétendent à une débauche d'énergie, en faveur du plus grand nombre, en pratiquant une option zéro, tout à fait singulière. Si les hommes voulaient se
donner la main, ils formeraient un immense convoi de marchandises, oh, oh, ce serait le bonheur! Nous aussi nous savons le populaire. Les siens, freinant à mort sur les
dépenses publiques, parce qu'autrement, attention! Ça va péter! Eh oui, personne ou presque, à froid et en son for intérieur, ne veut la révolution. Et c'est humain et
normal. Il faut donc être un peu fou, fou de rage, de douleur, de fatigue, pour l'espérer, comme une délivrance. Mais la liberté ne demande l'avis de personne, elle se contente d'ouvrir, comme on
dit, un nouvel espace, non, non, ni à l'anglaise et pas plus à la française, mais toujours terriblement! Les Japonais, pour lui avoir tourné le dos, l'ont vu, un beau
matin d'été, se présenter, à Hiroshima, avec sa petite étoile, et les Allemands, idem, à Berlin, sous les bombes. Les siens, qui ont poussé un ouf, de
soulagement, il n'y a plus de ministère de la duperie nationale. Reste néanmoins un ministère de la police de l'immigration. Mais y a-t-il un seul esprit libéral
qui prenne au sérieux une liberté de circulation autre que des biens et des capitaux. Donc, une liberté conditionnelle.


 


Les siens, habitués des niches et paradis fiscaux, car concentrés sur l'essentiel, accumuler la plus grand puissance sociale possible, à des fins privatives. Et à ce niveau, on
ne défend jamais mieux que soi-même, son mode de vie, hi, hi, hi, allez, c'est nous qu'on régale, voilà du Murakami pour tout le monde! Et en aparté, bourre-les de camelote, hi, hi,
hi! Les siens dont il peut parler longtemps, avec des larmes dans les yeux, des larmes autonettoyantes. Ce commentateur-là est comme une grande lessiveuse, pleine de morgue
et de passe-droits, à ras bord. Mais s'il parle longtemps, très-longtemps, il a une excuse toute trouvée: son espérance de vie est de cinq ans. Tandis que nous, prolétaires, nous, quelle chance!
Elle vient d'augmenter de deux ans. Mais en deux ans, on peut en faire des choses. Justement, le temps est venu de nous en proposer une, à nous, prolétaires, vieille classe archaïque, of
course, mais pas assez pour être réformée, et, en même temps, moderne, étant pétrograd. Humour français de tabloïd louis-philippard. Menons campagne, nous aussi! Perturbons l'espace
public réservé au seul idiome médiatique, et son ordre politique adjacent, qui souffre le martyr collatéral, comme on l'entend dire régulièrement, en scandant haut et fort: nous n'avons
pas besoin de président! Nous voulons que nos besoins dictent de façon ferme et, il va de soi, humaine (qui d'autre?), notre volonté aux classes capitalistes et à leur état, à détruire
de fond en comble. Que la démocratie redevienne ce qu'elle est: une lutte entre les classes. Qu'on en finisse avec le despotisme médiatique qui ne cesse de répéter: quand c'est fini, pas
grave, ça recommence! Youpie, vive la crise, en avant la croissance!


 


Pas grave pour qui, au juste?


Pour l'excroissance capitaliste, of course!



geubeul1 12/06/2007 17:52

tres bien tout ça on m a conseillé de passer suite a un article que j ai publié sur mon blog sur Mrs bernard rive droite -rive gauche kouchner et le darfour ..http://fils2prof.over-blog.com/article-10750143-6.html

charlie 31/05/2007 11:31

C'est quand même un peu chelou Emmanuel Ratier en ref, non ?

Antoine 31/05/2007 12:48

Effectivement pour Emanuel Ratier, on peut se référer ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_Ratier. Pour résumer c'est un conspirationiste d'extrême droite.J'ai mis les références des bouquins sur le siècle, il y en a 2 apparament.Il faut savoir qu'un sujet comme "le siècle", c'est le genre qui intéresse l'exrême droite, sur le thème "tous pourris". Ne faut-il pas en parler quand même ? Personellement je me sens à la fois contre l'extrême droite et contre ce meli-melo politique/média qui réussit trop bien à forger l'opinion.J'ai précisé ce point sur l'article.

MadMarc 31/05/2007 11:11

Désolé de faire du spam mais merci à tous les blogueurs anti libéraux de faire un lien sur le mot SFR vers le site des travailleurs SFR en lutte contre la vente du service client à des esclavagistes http://sfrencolere.canalblog.com/

charlie 30/05/2007 13:31

Commentaire qui n'a rien à voir :)Bienvenue chez les freeWOmen !J'ai annoncé ton arrivée sur la liste de discussion, si tu veux y participer, mail moi, je t'inscris et t'explique le fonctionnement [on a deux listes,...]A bientôthttp://20six.fr/charlie/