Silence médiatique autour de Radio France

Publié le par Antoine

Article paru sur le site Defense de France Culture.


Deux semaines ont passé depuis le procès grotesque dans lequel Laure Adler et Radio France attaquaient une association d'auditeurs de France Culture. Si l'on excepte Rue89 et Libération
[1] plus la presse régionale, le silence de la presse nationale et de Radio France autour de cette affaire confirme un peu plus le diagnostic fait depuis longtemps par les associations d'auditeurs : Radio France en général et France Culture en particulier sont gangrenés par un invraisemblable réseau de connivences politico-médiatiques. Avec ce corollaire gênant pour France Culture qu'un temple de la connivence a peu de chance de rester longtemps un temple de la connaissance.

Avant l'arrivée de Laure Adler, France Culture avait la particularité d'être une station d'exception, faite uniquement par des producteurs spécialisés du monde des idées et du savoir, souvent proches du monde universitaire et complètement étrangers au monde des médias. Après l'arrivée de Laure Adler, puis de David Kessler, le recrutement à France Culture est devenu principalement politico-médiatico-mondain. Exemples de profils recrutés entre 1999 et 2006 : directeur du groupe Le Monde, président d'Arte, sœur du président d'Arte, dirigeants du Figaro, responsable des Inrocks, filleul de ministre de la culture, fils de diplomate, fille de ministre, conseiller d'Etat, membre du club Le Siècle, neveu et nièce de président de la république, président de la fondation de l'ENS, directrice de Normale Sup, etc. A ces recrutements, il faut ajouter les partenariats avec Télérama, l'Express, le Nouvel Obs, Le Monde des religions… Dans la catégorie hors-concours, signalons l'ineffable Alexandre Adler, géo-stratège approximatif chargé de vendre la guerre d'Irak à des auditeurs abasourdis par l'inanité de ses chroniques.

Inutile de préciser qu'avec tout ce beau monde, les pensées originales n'ont pas tardé à déserter l'antenne de France Culture.

Au passage on a ici l'explication d'un petit mystère : alors que la privatisation de tous les services publics est programmée contre l'avis des peuples par les dirigeants européens, le service public audiovisuel est maintenu en vie pour caser les copains du pouvoir dans des boulots pas trop fatigants, aux frais du contribuable.

Impressions au tribunal
Bien que le prétexte de la plainte fut de condamner une caricature, on n'a pas vu à l'audience de représentant du Canard Enchainé, pas plus que les rebelles pour rire de Charlie Hebdo. Comme quoi la presse satirique sait être aussi muette que la presse des fabricants de missiles quand il s'agit de ne pas égratigner certains notables. De même, Télérama, Le Monde, Le Figaro, L'Express, le Nouvel Obs, Les Inrocks… n'ont pas su trouver le chemin du tribunal de Paris, malgré le plan obligeamment fourni par le RACCFC.

Vous pouvez lire la suite ici ...

Publié dans Bibliothèque

Commenter cet article

arno 21/07/2007 16:52

J'ai beaucoup aimé votre site cela vous direz t-il de mettre un lien mutuelle entre nos deux sites si vous le désirez!!!Mon blog est le suivant: http://segoleneroyal2012.over-blog.fr/ Et dès maintenant,abonnez vous en grands nombres à la Newsletter.Venez nombreux voir ce blog malgré vos appartenance politique,il est ouvert à tout le monde,vous pouvez débattre dans les commentaires!!!