Pourquoi la "guerre contre le terrorisme" est une escroquerie, où comment certains se servent des groupuscules violents

Publié le par Desbabas

Jusqu'à présent, j'utilisait ce lien :  Les intégristes que Washington a soutenus, mais il est nécéssaire de completer ces informations. J'essaiera d'etoffer son contenu le plus regulièrement possible (c'est fait aujourd'hui, restent à travailler les relations Us avec l'Arabie Saoudite et le Pakistan, et les rôles joués en Egypte et en Palestine, abonnez vous à la newsletter pour être au courant des suites de cet article).

Des dirigents américains reconnaissent avoir armés les moudjahidines en Afghanistan (voir plus bas). Les anciens "combattants de la libertés", devenus plus tard part de l' "axe du mal", sont au coeur de la nebuleuse terroriste en guerre avec nos démocraties occidentales. Ou plutôt avec les démocraties qui dérangent Washington ?

Au 21e siècle, la période post-URSS, quand le "fondamentalisme musulman" remplace le "péril rouge", les groupuscules "terroristes" menacent les pays anciennements non-alignés. Si les milices d'extrême droites sont toujours à l'oeuvre en Amérique latine, l'orient et l'europe balkaniques sont destabilisés par des groupes terroristes formés principalement en Afghanistan.

C'est le cas notamment au Yemen, en Algérie,

L'Afghanistan

On peut lire sur Wikipedia :

Au cours de la guerre froide, les États-Unis, via la CIA, ont dépensé 2,1 milliards de dollarsmoudjahiddin. durant les dix ans de la guerre d'Afghanistan, pour alimenter la résistance antisoviétique incarnée par les

Zbigniew Brzezinski, ancien conseiller pour la sécurité de Jimmy Carter, a affirmé en janvier 1998 que c'est « le 3 juillet 1979 que le président Carter a signé la première directive sur l'assistance clandestine aux opposants du régime prosoviétique de Kaboul », six mois avant l'intervention des Soviétiques (Le Nouvel Observateur, 15-21 janvier 1998, p.76) avec pour objectif d'entrainer l'Armée rouge dans le « piège afghan ».

Guerre d'Afghanistan (1979)  

Bin Laden au service de la CIA

En 1979, il est approché par le prince Turki Al Fayçal, alors chef des services secrets de l’Arabie saoudite (de 1977 à 2001), actuel ambassadeur d’Arabie saoudite à Londres, et fils de l’ancien roi Fayçal ben Abdel Aziz Al-Saoud (de 1964 à 1975). À l’époque, l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS vient de commencer. Le recrutement de militants islamistes internationaux débute. Ce mouvement est soutenu notamment par l’Arabie saoudite qui y voit une possibilité de diffusion du wahhabisme, le Pakistan qui se verrait à terme à la tête d’une future internationale islamique et les États-Unis qui y voient un moyen de prêter main forte aux moudjahiddins d’Afghanistan en lutte contre l’envahisseur soviétique.

Le prince saoudien Turki lui demande d’organiser le départ des volontaires pour l’Afghanistan et leur installation à la frontière pakistanaise.
http://mecanopolis.wordpress.com/category/isi/


Les officiels ennemis d'aujourd'hui sont en fait des amis de longue date, les "combattants de la liberté" qui faisaient la guerre contre l'URSS. Pendant la guerre froide, la justification de ce mic-mac était toute trouvée : il s'agissait de combattre le communisme. Tout comme la real politique commande de soutenir des dictatures en amerique du sud, on soutient des groupes militaires musulmans plutôt extremistes en orient. D'où le soutient aux talibans (et à Ben Laden qui opère à l'epoque plus ou moins officielement pour la CIA).


Avec le soutien des USA, le milliardaire saoudien finance les « Moujahedinne » pour épuiser l’URSS. La firme pétrolière US Unocal soutient activement la prise de pouvoir des Talibans pour favoriser son projet de pipeline vers l’Océan Indien.

De 1994 à 1997,Washington arme à nouveau les Talibans, formés par le général pakistanais Nasrullah Babar avec aide US et saoudienne. L’Afghanistan produit 80% de l’héroïne qui fournit le marché européen. Les Talibans prélèvent entre 15 et 20% de taxes. Les USA ferment les yeux.

Note pour plus tard : le Pakistan et l'Arabie saoudite alliés des USA.


Trafic d'opium

Comme en Amérique du sud, on retrouve le marché de la drogue. A l'époque la cocaïne servait au financement des contras nicaraguayens,  en orient l'opium est depuis longtemps au coeur des conflits. 

Economie des drogues illicites et conflits en Afghanistan.

" Guerre contre la drogue ", Une arme de l'Etat et un instrument de contrôle social

Mais cette étrange histoire ne s'arrête pas avec la chute de l'URSS. Au début des années 1990, l'Afghanistan sert de centre d'entrainement et de formation pour tous les mouvements terroristes. A chaque fois que cela était nécéssaire des combattants étiquetté "djihad" étaient disponibles pour servir les interêts US.

En Algérie

Voici ce que dit le site dont nous suivions la trame :

1991 - Algérie : Le FIS approché par les Américains

Au moment où il s’approche du pouvoir, en 1991, le FIS algérien est approché par les services US. Composée d’anciens de l’Afghanistan (formés par la CIA), l’organisation terroriste intégriste GIA sème la mort pendant des années.

La situation est très complexe. Beaucoup évoquent des liens troubles entre les groupes terroristes et les services.
Ces derniers sont peut-être impliqués dans les attentats de 1995 à Paris. Pour essayer d'éclairer la situation, voici quelques liens, parfois contradictoires.


Au Yemen

Entre 1990 et 1993 se déroula un processus d’unification entre le Nord et le Sud. Le Nord-Yemen était un Etat où le mot démocratie n’avait guère de sens et d’économie capitaliste dépendante. Le Sud se définissait comme un Etat national, démocratique à orientation socialiste. Il était dirigé par le Parti socialiste yéménite. Ce parti est composé de militants nationalistes formés dans la lutte contre le colonialisme britannique et de militants marxistes. Le processus de fusion n’allait a priori pas de soi. Mais la situation s’aggrava quand les dirigeants du Nord ne respectèrent pas les engagements pris, quand des cadres et des militants du PSY furent assassinés. Dans ce contexte certaines décisions, notamment celles découlant des privatisations, provoquèrent une crise économique. C’est alors qu’émergea un nouveau parti : le parti yéménite de la réforme ou Islah. C’est sur ce parti que s’appuyèrent les dirigeants du Nord pour tenter d’isoler le PSY. Qu’importe que le Islah soit d’orientation islamiste dans le genre des Frères musulmans égyptiens. Qu’importe qu’il ait le soutien de l’Arabie séoudite et de la CIA ou que son fer de lance soit, ici aussi, des anciens d’Afghanistan.
Quand l’anticommunisme fait des féodaux intégristes les héros de l’Occident


En Bosnie

1992 - Bosnie L’intégriste Itzebegovic, pion au service des USA
Dès 92, les intégristes musulmans - Alija Itzebegovic en tête – sont poussés à exiger la sécession d’avec la Yougoslavie. La Bosnie entre en guerre. Richard Holbrooke, porte-parole des USA : « Nous soutiendrons par tous les moyens les musulmans bosniaques »


On rejoint ici la problématique de l'article sur le Kosovo et la guerre en Bosnie, quand il s'agit d'évincer un dirigeant musulman plutôt modéré et prêt à négocier une paix qui n'arrange en rien l'occident, par le très dangereux Itzebegovic. Qui sera armé et aidé lui aussi de combattant afghans à qui l'on aura fournit les papiers et les armes nécéssaires.

La CIA mène constamment la danse et se sert des prétendus djihadistes pour imposer l'hégémonie américaine et la privatisation de l'économie mondiale.

Est-il étonnant dès lors qu'un journaliste allemand Juergen Elsaesse,  finisse par découvrir  une origine bosniaque aux attentats du 11 septembre, dans un livre passablement méconnu : "Comment le Djihad est arrivé en Europe"

Or, tant le profil de l’auteur du livre (un journaliste d’investigation respecté) que celui de l’auteur de la préface (un ancien ministre de l’intérieur français) devraient permettre d’établir un minimum d’intérêt et de confiance...
Très succinctement, nous pouvons dire que dans son long travail d’investigation, l’auteur a essayé de prouver le lien existant entre les guerres dans les Balkans et les attentats du 11 septembre 2001. Ainsi, en remontant la piste des kamikazes du 11 septembre, il est arrivé directement en Bosnie où les moudjahidin sont recrutés et entraînés par les services secrets occidentaux, la CIA en tête....
Quand Jean-Pierre Chevènement et le FBI jouent aux "conspirationnistes"...


Ce livre est une bombe :

L'alliance " afghane " entre les États-Unis et les moudjahiddin a écrit une nouvelle page de son histoire dans les Balkans, et il n'y a rien d'étonnant à ce que les plus importants suspects du 11 septembre y aient vécu leur baptême du feu (chapitre 1). La Bosnie-Herzégovine, en particulier, réunissait de bonnes conditions, de par son histoire, pour l'ouverture d'un front du Djihad (chapitre 2). Mais ce n'est que grâce aux influences occidentales que les courants musulmans modérés, qui y détenaient le pouvoir, ont pu être écartés au profit des partisans de la Guerre sainte (chapitre 3). Dans cette évolution, Vienne a joué le rôle central de plaque tournante du trafic d'armes ; c'est dans cette ville que ben Laden a obtenu le passeport bosniaque en 1993 (chapitre 5). Les djihadistes ont perpétré d'effroyables actes de barbarie au cours de cette guerre qui a duré trois ans (1992-1995) - dont quelques-uns des massacres qui ont été attribués aux Serbes (chapitre 6). Et pourtant, le poids militaire des guerriers de Dieu était faible jusqu'à l'élection de William (" Bill ") Clinton à la présidence des États-Unis en 1993, cependant que leur équipement s'organisait grâce à l'Iran, l'ennemi de toujours (chapitre 7). Les services secrets américains ont vigoureusement bâillonné les officiers des Nations Unies qui critiquaient ces entorses à l'embargo international sur les armes (chapitre 8). L'entreprise mercenaire MPRI y a joué un rôle prépondérant sur mandat du Pentagone (chapitre 9) avant de prendre le contrôle de l'armée bosniaque dès l'entrée en vigueur du cessez-le-feu de Dayton en 1995 (chapitre 10). Au lieu d'écarter les guerriers de Dieu, comme l'expliquent les légendes dorées de Washington, MPRI a engagé les combattants les plus capables et les a formés en Albanie, qui était à l'époque sous la coupe des hommes de confiance de ben Laden (chapitres 11 & 12) et les a envoyés en renfort du mouvement terroriste albanais UCK au Kosovo et en Macédoine (chapitre 13).

Une bonne partie de ces activités ont été financées par le truchement d'organisations humanitaires américano-saoudiennes dans lesquelles ben Laden ne jouait qu'un rôle secondaire (chapitre 14). Plus généralement, on peut se poser la question de savoir si al Qaïda existe bel et bien ou si ce n'est pas un concept de propagande qui fait partie de la politique étrangère américaine, puisque plusieurs des terroristes en chef sont fortement soupçonnés de travailler aussi pour les services secrets occidentaux (chapitre 17). Cela concerne aussi les principaux suspects des attentats du 11 septembre (chapitre 18), et en particulier les deux cerveaux présumés de l'affaire (chapitre 19).

Résumé du livre "Comment le Djihad est arrivé en Europe" , sur le site de Juergen Elsaesser.


Alors des livres sur M. de Naggy Bosca ou sur Marie-Ségolène, vous en trouvez sur tous les étalages. Leurs vies, leurs chiens, comment ils font la cuisine. En revanche le livre préfacé par Jean Pierre Chevenement sur un sujet international brulant est édité à 6000 exemplaire ! Dépéchez vous de l'acheter, il est bientôt introuvable.

La guerre en Tchétchénie

Les principaux leaders rebelles en Tchétchénie, Shamil Basayev et Al Khattab, ont reçu leur formation militaire et idéologique dans des camps d'entrainement financés par la CIA en Afghanistan et au Pakistan. Selon Yossef Bodansky, directeur du US Congress's Task Force on Terrorism and Unconventional Warfare, la guerre tchétchène fut planifiée durant un réunion secrète de Hizb Allah, tenue en 1996 à Mogadishu, en Somalie. 21 De nombreux cadres supérieurs des Services de renseignement iranienne et pakistanaise, ont participé à cette réunion, à laquelle Oussama bin Laden était également présent. Le rôle de la ISI pakistanaise dans la guerre civile en Tchétchénie « va beaucoup plus loin que l'approvisionnement des Tchétchènes en armes et en expertise : les Service de renseignement pakistanais et ses mandataires islamiques radicaux sont en réalité ceux qui dirigent cette guerre ». 22

Le principal oléoduc russe traverse la Tchétchénie et le Daghestan. N'eut égard aux condamnations de pure forme du terrorisme islamique par Washington, les bénéficiaires indirects de la guerre tchétchène sont les géants pétroliers anglo-américains luttant pour le contrôle des ressources pétrolières et des oléoducs dans le bassin de la mer Caspienne.


Lire la suite :

Qui est Oussama ben Laden ? 
Michel Chossudovsky
Centre de recherche sur la mondialisation (CRM)
Professeur de sciences économiques, Université d'Ottawa 


La Guerre en Irak

La coalition arme les rebelles

Extrait d'un article du quotidien britannique The Independent qui raconte comment les USA "égarent" 200 000 armes en Irak.

Some 190,000 assault rifles and pistols supplied by the US to Iraqi security forces in 2004 and 2005 have gone missing, according to a report issued here yesterday, and may have fallen into the possession of insurgents.

The embarrassing disclosure, by the watchdog Government Accountability office (GAO), means that the Pentagon does not know what happened to roughly a third of the arms it has provided to train and equip Iraqi forces - an effort whose success is crucial to restoring some semblance of order in the country.

The "lost" arms include 80,000 pistols as well as an estimated 110,000 of the Soviet-made AK-47 assault rifles, many of them originating in eastern Europe, especially the former Yugoslavia. A recent Amnesty International report claims that, in 2004 and 2005, more than 350,000 AK-47s and similar weapons were removed from Bosnia and Serbia by private contractors working for the Pentagon and sent to Iraq, with the approval of local Nato and European commanders.

Pentagon admits 190,000 weapons missing in Iraq


J'ai eu la même surprise que vous en selectionnant cet extrait. La majorité provient de Bosnie, où opèrent de "private contractors" qui achetent (après avoir vendu ? de nombreuses sources indiquent que Washington a armé les combattants musulmans d'Itzebegovic pendant l'embargo sur les armes à destination de la Yougoslavie) des armes sur place.

Est-il possible qu'une armée fournisse ses propres ennemis en temps de guerre et que celà provoque si peu de réactions ? D'autant plus impressionant quand on apprend comment sont traités ceux qui essayent d'aider.

Il pensait faire son métier d'intendant quand il avait dénoncé, d'abord à sa
hiérarchie, puis, ne voyant rien changer, au FBI les trafics de fusils
mitrailleurs, de mines anti-char et de mortiers qui se déroulaient sous ses
yeux. "Les armes étaient vendues contre du cash, sans aucun reçu,
ouvertement. Des gens venaient se servir comme au supermarché, il y avait
des insurgés irakiens, mais aussi des soldats américains, des agents du
Département d'Etat ainsi que des employés irakiens de l'ambassade et des
employés des ministères. Certains venaient s'équiper pour leur protection
personnelle, d'autres venaient acheter un souvenir, d'autres pensaient faire
du profit en revendant les armes au marché noir, tant en Irak qu'aux
Etats-unis... enfin il y avait carrément des unités terroristes qui venaient
faire leur marché dans nos stocks. . .

Vance en avait parlé à ses supérieurs qui lui avaient répondu qu'ils s'en
occuperaient. Ne voyant rien venir, ne sachant pas vers qui se tourner en
Irak, Donald Vance avait commencé à prendre des photos, à noter les allées
et venues et à photocopier des documents. Profitant d'une permission à
Chicago, il était allé voir le bureau local du FBI et avait tout déballé. "A
mon retour en Irak, ils m'attendaient à l'aéroport. On m'a embarqué pour 97
à Camp Cropper, une ancienne prison militaire en dehors de Bagdad qui avait
hébergé Saddam Hussein. Personne, pas même ma famille ne savait où j'étais,
on m'avait classé dans la catégorie des détenus particulièrement dangereux."
Emprisonné pour avoir dénoncé corruption et trafic d'armes en Irak


Il ne s'agit pas d'incompétence, mais d'un réel effort de maintenir le chaos en Irak. Pourquoi ?

Le maintien du prix du petrole certainement. Mais ne commetons l'erreur de nous arreter à ce point de vue mercantile. Même si le contrôle de l'or noir reste l'un des meilleurs outils de comprehension de la politique américaine (oléoduc en Afghanistan, en Yougoslavie, empechement de l'eurodollar en Irak, petrole du Soudan, ... ).

Le problème, c'est que les differentes explications abondent, difficile donc de se faire une opinion.

UMP proche de l'extrême droite,  Alexandre Del Valle, dans son article De la stratégie pro-islamiste des Etats-Unis au « paradigme du 11 septembre », chronique d'une liaison dangereuse annoncée…, évoque la mise en place d'une "ceinture verte" servant au "containment" de la Russie, contre laquelle Washington met tout en oevre, afin d'éviter qu'elle ne redevienne une superpuissance. Je ne partage pas toute son analyse, mais la stratégie anti-russe est elle évidente. L'auteur évoque aussi le maintien sous tutelle de l'Europe, en l'empechant d'adopter une politique continentale eurasienne.

Jared Israel, comprend cette guerre en Irak comme une alliance officieuse avec l'Iran.  L'Irak dirigée auparavant par les sunnites, revient entre des mains shiites. Il note plusieurs collusions d'interêts entre l'Iran et les USA, entre autre : bombardement de dissidents, promotion de l' "islam radical", ... L'Irak libéré de Saddam Hussein reviendra probablement à des proches de l'Iran. Il cite Hamid Karzaï, installé par W. Bush à la tête de l'Afghanistan, qui affairme n'avoir aucun problème avec l'Iran.  Ici encore la guerre larvée contre la Russie est un point important.

As we predicted, the U.S.-led Empire did not take over Afghanistan in order to eliminate Islamic fundamentalist rule there; rather, the fundamentalists were tamed. To what end? So that Afghanistan could be made an effective base from which fundamentalist movements could be fostered all over the Caucuses and Central Asia, thus weakening Russia, China and India. [4B]

But to do that most effectively, the U.S. needs the cooperation of Iran.

Iran is Working with the US in Iraq


Du coup ce tapage mediatique sur la guerre contre l'Iran ne serait qu'une intox ? C'est possible mais la position va-t-en guerre de Kouchner aujourd'hui même contredit un peu cette position. Il se pourrait plutôt que Washington remodèle tout le moyen orient par la force, usant des terroristes pour destabiliser et/ou justifier une intervention, et du bombardement massif quand il s'agit de transformer un pays en champ de bataille.

Nous verrons.


Al-Qaeida 

Al-Qaeida, concept de propagandes ? Seule l'évidence nous empêche de le voir. C'est aussi la thèse d'un officier français, Pierre Bunel, qui écrit cet étrange article : La naissance d’Al Qâeida, dans lequel vous apprendrez qu'Al-Qaeida signifie "la base", dans le sens base militaire ou base chimique (l'opposé de l'acide), mais surtout la base de données. Bonne lecture, c'est l'une des choses les plus surprenantes lue sur le sujet.

Pour faire la guerre dans les pays occidentaux, il faut d'une manière ou d'une autre retourner l'opinion pour qu'elle l'accepte. Ou du moins qu'elle croie l'avoir accepté, c'est à dire que l'opinion pense que la majorité du pays est plutôt d'accord. Du coup il faut un acte fondateur, comme le 11 septembre, l'incendie du Reichstag, Pearl Harbour, l'assassinat de l'archiduc, etc. 

La Guerre contre le terrorisme est dirigée contre nous.

De plus le terrorisme est une action clandestine utilisée pour renverser ou mettre la pression sur les gouvernements recalcitrants. Comme la guerre en françafrique ou en USAfrique ou en Chinafrique. Mais aussi on l'a vu pour mettre sous pression l'Algérie, ou faire exploser la Yougoslavie. C'est dur de faire face au pouvoir de la mondialisation, et à un moment ou un autre, je pense que tout le monde craque.

Pour imposer des lois liberticide et un contrôle permanent, c'est pareil. Quelques cambriolages et un peu de banlieue ne suffisent pas à persuader un pays d'abandonner ses libertés. Il faut un vrai climat d'insecurité, il faut une menace, après la chute de l'URSS, il fallait la menace terroriste. Comme la crise de la vache folle à imposer la traçabilité animale, avec etiquetage électronique, la crise globale va finir par imposer l'etiquetage humain, qui d'ailleurs a déjà commencé (voir RFID et Puce Verichip). 

Du coup on se rend bien compte que la guerre contre le terrorisme, l'islamophobie, et la croyantophobie en général repose sur du vent. Ce que je veut dire par là c'est que les musulmans, comme les chretiens et les juifs aspirent à la paix. Chalom, Salut, Salam. C'est très clair dans les écritures. Tout le monde aspire à voir ses enfants grandir, manger, rire. En revanche nous aspirons aussi à la justice, à la vérité et à la liberté. C'est très très loin de la de la demi paix en zone haute sécurité que nous propose l'occident.

Le choc des civilisations c'est du vent. Les puissants s'entendent entre eux, les violents pareil. Seules les peuples sont amenés à se haïr par un jeu machiavelique. C'est Satan, le serpent, l'antique dragon, qui à cause de son orgueil, et par le moyen du mensonge, provoque des guerres en promettant l'immortalité à une poignée de puissants. Par la peur de la mort et de l'autre, l'étranger, ils entrainent derrière eux toute l'humanité dans la guerre.

Refusez d'obeir, refusez de penser comme eux ! en Yougoslavie et maintenant en Irak.

Depuis le 11 septembre les démocraties occidentales sont sous le coup de lois "sécuritaires" rendues nécéssaires par l' "attentat" du 11 septembre. En France vigipirate marque les mentalités, et il devient difficile de laisser son sac sur son siège de train en allant au toilettes. La police en revanche devient de plus en plus agressive.

Nous recenserons ici des articles traitant des mouvements terroristes dans différents pays. 

Publié dans Démystification

Commenter cet article

EndofLine 04/09/2008 22:31

Pour ajouter un brin de définition au "terrorisme" créé de toute pièce, voici un commentaire très clair. (et ça date !)--------http://www.dailymotion.com/relevance/search/lelibrepenseur/video/x6lc2b_la-dangerosite-du-sionisme-par-de-g_news--------Une belle référence sans ambiguïté à ceux de la secte du NWO qui se prennent aujourd'hui pour les dieux.

morsli 22/07/2008 11:58

Pour quel état travaillent del Valle et Encel? le premier va mettre de l'huile sur le feu anti arabe et musulman chez les gens du gud par exemple et Encel fait de la désinformation et du révisionnisme sur le moyen orient ces gens comme Philippe Valn'ont de cesse de participer à l'agrandissement du fossé entrecertains peuples comme l'ont fait leurs acolytes aux etats-unis.Au fait qui a crée le Hamas ? BONNE JOURNEE.

tietie007 21/09/2007 13:24

Conclusion ? Les américains sont les démiurges du monde, leur main invisible fait et défait les gouvernements, ils sont là ...de partout ...comme Les Envahisseurs ...mince, ma voisine gueule encore, ça doit être un coup des ricains !

Roland 20/09/2007 20:53

je remarque cette phrase, hélas très juste: " La Guerre contre le terrorisme est dirigée contre nous." très juste et même pire encore, la situation est d'autant plus grave que les gens ne la voient pas, ne réagissent pas, comme le montre et le dit Jean-Claude Paye "Les choses sont très claires. Mais on se refuse à les voir comme elles sont" http://www.voltairenet.org/article151318.html

charles 12/09/2007 17:04

Très bon billet ...Que faut il pour les consiences se réveillent ? Pourquoi jérusalem la ville si belle et aimée des mulsulmans, des juifs et des chrétiens n'est elle pas un exemple d'amour et de paix , de joie ?Pourquoi les juifs, chrétiens et musulmans sont ils si différents alors qu'ils viennent des mêmes tribus Sémithes !!! ils ont des origines communes !!Allez soyons optimistes !!! Pour la réunion et la réconciliation de tous les gnoufs qui se croient séparés des autres....