L'Antisemitisme, un trompe l'oeil bien commode

Publié le par Desbabas

Publié dans Démystification

Commenter cet article

loxsoal 04/04/2008 12:45

Il semble que l'ensemble des liens concernant le sujet sur " l'antisemitisme, un trompe l'oeil bien commode" ne fonctionne plus. serai-t-il possible dy remedier?

Desbabas 04/04/2008 20:30


une erreur bête, c'est fait.


Wilfried 01/03/2008 18:31

"Que la finance ait financé le bolchevisme, c'est autre chose. C'est discuté, c'est bizarre ( de la propagande d'extreme droite ?) mais ça reste dans l'imaginable. Vu ce qu'a donné l'URSS, elle peut très bien avoir été manipulée par des dirigeants peu soucieux des classes populaires."Rien de bizarre là-dedans, il suffit de lire Soljenitsyne :"La réussite des deux premiers Plans quinquennaux ne fut toutefois due ni à quelque miracle spontané, ni à la seule exploitation forcée de masses ouvrières aux mains nues : elle nécessita d’abondantes livraisons de matériel, un outillage de pointe et la collaboration d’experts. Or, tout cela afflua des pays capitalistes d’Occident et en premier lieu des Etats-Unis. Non point, certes, à titre d’assistance gratuite, de généreuse donation, car les communistes soviétiques payaient grassement en nature, -en minéraux, bois, matières premières ; ils exportaient toutes les richesses pillées de l’ex-empire des tsars et promettaient d’ouvrir le marché russe aux produits occidentaux. Ces transactions se faisaient sous l’égide des magnats de la finance internationale, de Wall Street en particulier. Elles prenaient le relais des liens commerciaux inaugurés au sein des bourses américaines pendant la guerre civile et confirmés par l’envoi de navires entiers chargés d’or et transportant les chefs-d’œuvre de l’Ermitage.   Mais permettez ! N’avons-nous pas lu dans Marx, qui nous l’explique en long et en large, que les capitalistes sont les ennemis jurés du socialisme, que d’eux jamais ne provient aucune aide, mais toujours une guerre sanglante et sans merci ? Eh bien, pas du tout ! Officiellement, sur le plan diplomatique, c’était la non-reconnaissance, mais publiquement, et jusque dans les pages des Izvestia, on déclarait : « Les négociants américains sont intéressés à l’extension des liens économiques avec l’URSS. »( Izv., 22 janv. 1928, p.1) Les syndicats américains s’élevaient contre cette extension, car ils défendaient leur propre marché contre les produits fabriqués à bas prix par la main-d’œuvre- servile- soviétique. Quant à la Chambre de Commerce russo-américaine créée en ces années-là, elle ne voulait pas entendre parler d’une quelconque résistance politique au communisme, elle ne voulait pas « mélanger la politique et les affaires »(Ibidem, 26 janv., p.3)  L’historien américain A.Sutton, déjà mentionné dans cet ouvrage, a pu suivre, dans les archives diplomatiques et financières récemment ouvertes, les réunions entre Wall Street et les bolcheviks. Il a montré le caractère amoral de ces liens, depuis le « plan Marbourg », au début du siècle, qui s’appuyait sur l ‘énorme capital de Carnegie et dont le but était de renforcer le pouvoir des financiers internationaux grâce à une « socialisation » des pays du globe « pour le contrôle…et l’instauration forcée de la paix ». Et Sutton de conclure : La grande finance préfère avoir affaire à des Etats centralisés. La communauté des banquiers souhaite moins que tout une économie libre et un pouvoir décentralisé » - bien au contraire : «  La révolution et la finance internationale ne se contredisent nullement dès lors que la révolution fait advenir un pouvoir centralisé » qui « rend les marchés aisément contrôlables ». Autre point de convergence : « Les bolcheviks et les banquiers ont une plateforme commune – l’internationalisme ».(A. Sutton, Wall Street et la révolution bolchévique, trad. Russe, Moscou, 1998, pp.14-36)   Sur ce terrain-là, le soutien «  par Morgan et Rockefeller des entreprises collectivistes et de l’abolition  des droits individuels » n’a rien d’étonnant . Des arguments pour justifier ce soutien se firent entendre lors des Auditions au Sénat Américain : « Pourquoi une grande puissance industrielle comme l’Amérique devrait-elle souhaiter la création d’un grand rival industriel apte à lui faire concurrence ? » (Ibidem, pp.214-215) Parce qu’avec un régime totalitaire qui a centralise son économie, devenue impuissante sur le plan de la concurrence, il n’est point besoin de guerroyer.  Évidemment, Wall Street n’avait pas prévu l’aptitude du régime bolchévique à se développer, à mobiliser les gens, à les exploiter jusqu’à la corde et à créer, contre toute attente, sa propre industrie, monstrueuse mais puissante." A. Soljenitsyne, Deux siècles ensemble, Fayard, t.II, pp.301-303

Desbabas 02/03/2008 11:23

merci, je vais essayer de creuser cette remarque

stéphane 10/01/2008 22:50

Hello,Désolé de répondre si tardivement mais je n'ai plus été sur le web depuis des mois (grosse déprime, etc...). Il existe un article (un dossier en fait) excellent  rédigé par des juifs sur les origines du conflit israélo-palestinien Je ne sais pas si tu le connais : http://questionscritiques.free.fr/moyen_orient/conflit-israelo-palestinien.htm Je lirai un peu tes articles un peu plus tard cartout m'est effort en ce moment.Bien à toi Stéphane

petit fils 17/12/2007 10:24

Y'avait pas que des Juifs victimes de la déportation nazie.Une visite à Mauthausen ( http://kz2007.over-blog.com ) permet de s'en convaincre

Thierry JEANNE 21/11/2007 00:14

Bonjour, Concernant l'article sur l'antisémitisme, j'aimerai que soit intégré dans la réflexion les 2 points suivants: Le communisme via Lénine a bien été financé par des banques new-yorkaises (cf WALL STREET AND THE BOLSHEVIK REVOLUTION By Antony C SUTTON). D'autre part, des sionistes ont été directement complices du nazisme dans la tentative d'extermination des juifs d'Europe (cf The Hidden History of Zionism de Ralph SHOENMAN). Enfin, il est aussi intéressant dans ces discussions de ne jamais perdre de vue le point de vue symbolique (exemples): il est assez extraordinaire de remarquer le nombre de pays qui sont de cultures et d'histoires très différentes qui ont crées depuis l'époque post WWII des drapeaux avec des étoiles (à 5 branches). Les juifs qui ont été exterminés dans les fours crématoires et dans les chambres à gaz devaient tous porter un uniforme avec une étoile jaune (cf Baal chez les peuples assyriens). Donc l'objectif n'était pas seulement politique: on connaît la froide efficacité et recherche du profit des NaZis, pourquoi mettre des frais supplémentaires sur l'exécution de masse s'il n'y avait pas un autre objectif? Enfin, le sionisme dans sa version Is(is) Ra El ienne moderne ne serait il pas un avatar des Khazars? Il se trouve que ceux-ci sont également à la tête des grands studio hollywoodiens (faire analyse symbolique des logos des majors de cinéma US). Ces mêmes Khazars sont apparentés avec les fameux Caucasiens dont les WASP se disent être les descendants. Ce sont ces mêmes groupes qui sont à l’origine des noblesses « noires » vénitiennes qui ont ensuite essaimé dans toute les familles soit disant royales d’Europe. Quel que soit la théorie du complot que l'on favorise, un certain nombre de récurrences semblent se maintenir: 1 il existe bien un groupe international qui se partage le pouvoir et qui "possède" déjà la totalité du monde en termes capitalistiques (donc ce simple fait exclu les analyses purement matérialistes et économiques qui prétendent que c'est la recherche du profit qui motivent les groupes de la finance internationale). 2 ces groupes ne sont pas basés spécifiquement sur une doctrine raciste puisqu’ils intègrent en leur sein des membres colorés (cf Condy Rice, Vernon Jordan, Colin Powell, ou en Asie les familles qui controlent les zaibatzu japonais, Jardine à Hong Kong, voire les familles soit disant royales du Golfe (la royauté n’existe pas dans l’Islam, seulement le Khalifat). 3 il semble bien qu’il y ait des « factions » qui luttent pour le pouvoir suprême mais qui obéissent au Novus Ordo Seclorum. 4 ces membres de groupes illuminati suivent bien une même doctrine ésotérique faite de synthèse extrêmement avancé de magie Mèdes, de religions astrales, solaires, lunaires ainsi qu’une simple lecture des logos des grandes firmes mondiale permets de le constater. Pour les matérialistes purs et durs, la magie existe bien, au sens où elle permet de manipuler les volontés des masses (cf les loteries, le sports, la pub à la télé, les symboles utilisés, le choix des dates pour les grands évènements décidés par les gouvernements). Mes sources pour décrypter les événements avec une lecture symboliques sont Michael TSARION, Barbara HAND CLOW, Cisco WHEELER et Fritz SPRINGMEIER, René GUENON. Je reste à votre disposition pour que vous puissiez enrichir ma propre pensée avec des éventuels erreurs logiques de ma part ou absence de considérations d’autres éléments.

Desbabas 21/11/2007 12:26

Merci pour le commentaire. Je te répond dans l'article "Babylone".