Partie IV : le New Age et la fin de la laïcité

Publié le par Desbabas

Sarkozy contre la laïcité : l'avènement des nouveaux mouvements spirituels

Le président appelle de ses voeux une « laïcité positive ». Ce qui revient à dire que la laïcité française actuelle est « négative ». Il a ainsi appelé à "l'avènement d'une laïcité positive, qui tout en veillant à la liberté de pensée, à celle de croire ou de ne pas croire, ne considère pas que les religions sont un danger, mais plutôt un atout". Dans son livre sur la République et les religions, il considère qu'il faut refuser les « amalgames » entre les sectes et les nouveaux « mouvements spirituels ».


Cette action du chef de l'état est parfois relayée par des groupes organisés, comme le "colloque national organisé par le Centre de formation et d’études judiciaires, tenu à la Maison du Barreau en janvier 2003. Il réunit des spécialistes du droit, tel Jacques Robert, des avocats,dont Jean-Marc Florand, Olivier-Louis Séguy,Philippe Gast, des sociologues, tels que Raphaël Liogier, Régis Dericquebourg ou Jean Baubérot,ou encore l’ethnologue Maurice Duval. La plupart des intervenants sont engagés dans la défense des nouveaux mouvements religieux, ou cherchent, en tout cas, à faire entendre une voix différente de celle des associations antisectes. On y commente bien sûr la loi 1905, celle visant les sectes de 2001. On réfléchit sur la laïcité telle que pratiquée aujourd’hui." Il est très intéressant de voir que les lois qui dérangent sont celles de la laïcité et celle contre les sectes. L'appareil législatif français est un obstacle à la progression de ces mouvements, et ils nous le font sentir.


Nous avons déjà étudier sur ce site comment N. Sarkozy a choisi de favoriser l'implantation de l'église de scientologie en France, et comment ce choix s'intégrait dans sa politique atlantiste ( Nicolas Sarkozy, la scientologie au service de l'atlantisme ? ).

Nous allons étudier en quoi ce revirement vers le modèle américain à de quoi inquiéter. Qui sont les nouveaux mouvements spirituels que le président défend dans son livre, comment expliquer l'attitude ambigue de l'ancien ministre de l'intérieur envers les monotheismes, semblant parfois les défendre dans une politique d' "intégration sociale" et parfois être violement islamophobe.


Les nouveaux mouvements spirituels


Depuis le début des années quatre-vingt, le mouvement du nouvel âge a pris une ampleur sans précédent un peu partout dans le monde occidental, et représente aujourd'hui une forte part des ventes de livres.


"Le mouvement nouvel âge est comme une pierre qui roule mais qui, contrairement au proverbe, amasse beaucoup de mousse. Ses tentacules s'étendent à tous les aspects de la vie personnelle et sociale - la culture, l'écologie, la santé, la science, les gestes quotidiens - et récupèrent les nouvelles idées dans un emballage pseudo-scientifique. Le problème, c'est que les gens ne font plus la différence entre science et croyance."

Martin Geoffroy, étudiant au doctorat au Département de sociologie, s'intéresse au mouvement nouvel âge depuis plusieurs années. Il y a d'ailleurs consacré sa maîtrise et son doctorat et il est parvenu à établir une typologie descriptive là où plusieurs auteurs ne voyaient qu'un "fourre-tout nébuleux" aux contours insaisissables.

Dérive épistémologique


S'il est impossible de mettre un chiffre sur le nombre d'adeptes de ce mouvement à caractère religieux, l'étudiant n'hésite pas, à la lumière des ventes de volumes nouvelâgistes, à parler de raz-de-marée.


"La littérature nouvel âge représente 20% du marché du livre au Québec, souligne-t-il, soit un chiffre d'affaires de cinq millions de dollars par année. Les titres québécois sont tirés en moyenne à 3000 exemplaires chacun, ce qu'aucun autre genre littéraire ne réussit à égaler. Et c'est sans parler des succès internationaux, commeLa prophétie des Andes tirée à cinq millions d'exemplaires."

Les tentacules du nouvel âge, Une pensée à la mode, marquée par une dérive épistémologique

  

Vous trouverez en bas de pages des liens vers les travaux de Martin Geoffroy. Celui-ci présente une situation ou les religions traditionnelles s'éffritent, dans un contexte de changements considérables sur le plan religieux. Elles sont très rapidement remplacées par des mouvements syncrétiques, très indivudualistes, basées sur l'accomplissement personnel et l'intégration dans l'ordre cosmique.


Pour plusieurs auteurs, comme Champion, le christianisme occidental se désinstitutionnalise pour être progressivement remplacé par un « bricolage » de croyances et de pratiques individuelles :


La logique du bricolage, majoritaire aujourd'hui dans le champ religieux des pays occidentaux, est à l'œuvre aussi bien au sein du christianisme que dans des mouvements où la référence à une tradition s'estompe derrière la quête du bonheur individuel par le spirituel. [1]


Selon moi, ce « bricolage » signale plutôt l'émergence d'une nouvelle forme de religiosité qui ne coïnciderait plus avec la définition classique de la religion. Cette définition, habituellement fondée sur le critère d'appartenance à une Église, ne tient plus puisque, désormais, une majorité de gens se livrerait à un « bricolage » spirituel à l'extérieur des grandes traditions religieuses. Le critère d'appartenance à une institution religieuse deviendrait donc inefficace pour évaluer un phénomène comme le NA. Cette nouvelle forme de religion, appelée communément le « mouvement du nouvel âge », ou encore le « réseau de nouvel âge » [2], comporterait donc plusieurs caractéristiques organisationnelles qui auraient échappé jusqu'à maintenant aux chercheurs en sciences sociales.

[1] F. Champion, « Religieux flottant, éclectisme et syncrétisme », dans J. Delumeau et autres, Le fait religieux, Paris, Fayard, 1993, p. 746.

[2] Dans ce texte, j'utilise à la fois l'expression « réseau » et celle de « mouvement », car il n'y a pas encore consensus chez les chercheurs dans le domaine quant à l'emploi plus précis de ces concepts qui font partie des débats théoriques actuels.

Martin Geoffroy, “Pour une typologie du nouvel âge” (1999)


Le mouvement new-age fonctionne en réseaux, qu'il veut utiliser pour façonner le monde à sa manière. Une autre de ces caractéristiques est de se donner une légitimité scientifique.

 

La pensée nouvelâgiste déborde maintenant dans des disciplines sérieuses comme la philosophie, la sociologie et le management. Martin Geoffroy observe, chez les adeptes de ce mouvement, "une rupture épistémologique montrant que l'expérience religieuse est mise sur le même pied que la démarche scientifique".

"Dans les religions, on sait que les croyances relèvent de la foi. Dans le nouvel âge, on nous dit que les croyances sont fondées sur des faits scientifiques. On ne fait plus la distinction entre science et croyance; l'idéologie s'infiltre dans la science et en menace les principes de base."

 

Le Nouvel-Âge va reprendre de manière syncrétique nombre de philosophies, principalement d'orientation orientale, hindouiste et bouddhiste. Ce mouvement effectue une première apporche de ses adeptes par différentes pratiques comme le yoga, l' hypnose, les médecines "holistiques".

 

De manière plus général le nouvel-age se reconnait à sa focalisation sur l'individu, qui doit chercher avant tout son accomplissement personnel en vue de son intégration dans le monde qui l'entoure. D'où son l'immense succès dans les stages de management ou de remise en forme des cadres, quand il faut considérer à la fois la soumission à la logique de l'entreprise, la formation du personnel et l'epanouissement personnel.


Qu'est ce que le "Nouvel-Age", Les origines du mouvement.


Les bases du mouvement sont jetées à la fin du XIXe siècle. On remonte couremment sa fondation à la société de théosophie, et Helena Petrovna Blavatsky. En fait il semble qu'il y ai eu une organisation précédente dont la théosophie ne serait que l'externalisation. Cependant elle est moins reconnue, et l'on n'en parlera pas ici.


Les grands axes de la pensée New Age s'inspirent directement des écrits de la Société de Théosophie, dont les membres fondateurs sont aujourd'hui encore honorés comme des précurseurs méritants de ce mouvement. Qu'est-ce donc que la Théosophie ?

Cette Société fut fondée aux USA en 1875, par Helena Petrovna BlavatskyHenry Steel Olcott (1832-1907). La "Théosophie" existait déjà, doctrine ésotérique occidentale transmise par des penseurs mystiques tels Jacob Böhme (1575-1624). Mais la doctrine propagée par la Société nouvelle n'a rien à voir avec celle des siècles passés. Dans un premier ouvrage ("Isis dévoilée"), H.P. Blavatsky fustige la Science et le matérialisme, parce qu'ils ne reconnaissent pas le spiritisme – que l'auteur affirme avoir été pratiqué et reconnu depuis l'Antiquité – et dans la foulée s'en prend aux religions établies, parce qu'elles auraient failli à leur mission, et qu'elles ne seraient plus qu'une représentation dépassée et nuisible au Christianisme. La solution de rechange proposée par Blavatsky lui est transmise par des êtres mystérieux, gardiens des vérités oubliées, les "Supérieurs Inconnus" dont nous reparlerons. (1831-1891) et le colonel

Le mouvement New-Age : les origines


Il serait interessant de raconter la suite, mais par manque de place, je vous conseille plutôt de vous référer au lien précédent. On en lit ici l'essentiel : critique de la science, opposition au monotheisme (on verra plus loin que les maux de la modernité sont injustement associés au christianisme) et communication avec des êtres supérieurs.

 

Le New age et l'antisémitisme

New-age view on jews and Judaism

 

tres interessant mais en anglais. Une traduction est prevue. Laissez une demande en commentaire si vous êtes préssés.

L'hypothèse Gaïa


L'écologie peut-être plus ou moins radicale, voire mystique. L'hypothèse dite Gaïa, selon laquelle la Terre constituerait un être vivant capable de s'auto-réguler présente l'intérêt de mettre en évidence les liens entre les différentes dynamiques à l'oeuvre sur notre globe. Elle peut être interprétée d'une façon finaliste qui relèverait de la métaphysique (il existe une force vitale qui s'impose à tous les composants terrestres, y compris les minéraux, les océans, l'atmosphère). Elle peut également donner lieu à des actes de foi mal venus relativement aux capacités d'auto-régénération face aux agressions que l'homme fait subir à l'environnement.

Le modèle Gaïa a été lancé par le chimiste de l'atmosphère James Lovelock et la biologiste Lynn Margulis dans les années '60 '70, puis développé sous forme d'un modèle simple "Daisyworld" dans lequel la compétition entre des marguerites noires et blanches régulait les échanges de chaleur terrestre. Depuis lors, les tenants de l'écologie radicale "Deep ecology", ceux qui militent pour la réduction des émissions de gaz à effets de serre, et leurs adversaires plus conservateurs, continuent à discuter autour de ce thème - d'autres diront ce mythe - de Gaïa.

L'hypothèse Gaïa forte est-elle toujours à proscrire ?


Dans son ensemble cette théorie, et le mythe de Gaïa donne lieu a une vaste littérature New-Age. Elle participe de la reflexion sur la place de l'homme dans la société, et de son intégration dans une comprehension totale de l'univers. C'est un bel exemple de l'utilisation du mythe pour construire le monde tel qu'il est/sera.


Par exemple, le mythologue Joseph Campbell pensait que l'hypothèse Gaïa pourrait être un futur mythe, qui parlerait non pas d'une localité ou d'un peuple, mais d'une planète entière, avec tous les êtres vivants qui s'y trouvent. Le nouveau mythe indiquerait comment entrer en rapport avec la nature et le cosmos, et la société concernée par le mythe serait une société planétaire.


Le mythe de Gaïa est aussi exploité par Isaac Asimov sur une partie du cycle de Fondation. Il en fait un élément de réflexion centrale face à la robotisation des mondes.


Gaïa dans l'oeuvre de fiction d'Isaac Asimov


Dans le Cycle de fondation, l'auteur de fiction Isaac Asimov décrit une planète Gaïa,  Gaïa, qui est un superorganisme, avec qui elle communique de manière télépathique. La mémoire de Gaïa est répartie parmi tous les fragments, et, sur ce monde idyllique, la pluie tombe quand il faut, les arbres poussent en rangées bien droites, dans le but de l’intérêt commun.


Il a le choix entre l’Empire matérialiste de la Première Fondation, semblable a celui qui s’est effondré, entre l’Empire mentalique de la Seconde, telle que le voulait Hari Seldon, et Galaxia, super-super-organisme à l’échelle galactique, telle que le veut Gaïa. Sans savoir pourquoi, il choisit Galaxia. Gaïa peut à présent préparer l’édification de Galaxia.

Golan Trevize est tourmenté par son choix, car il juge que l’appartenance à un superorganisme constitue la perte de l’intimité et la disparition de l’indépendance des individus (comme Hari Seldon en son temps). Il ne voit cependant aucune meilleure solution à son choix.


Il prend conscience que sa galaxie n’est pas la seule, qu’elle est accessible par l’hyperespace, et qu’une union sans crise interne est nécessaire pour assurer son éventuelle défense contre des envahisseurs extra-galactiques. Il termine sur une interrogation sur leur présence peut-être déjà effective ou imminente dans la Galaxie.


Le choix de Golan Trevize représente le dilemne que pose la religion New Age. L'intégration de l'individu dans un tout, auquel il est relié en tout point (partage de tout, jusqu'au relations sexuelles, prise en charge par la collectivité de toute les décisions) semble et est décrite comme un bien d'ordre général, justifiant toutes les mesures contre une éventuelle opposition. En fait cette présentation d'un idéal de type socialiste est une dissimulation des buts du totalitarisme : disparition du libre arbitre, de l'individu important en soi, qui devient sacrifiable devant l'interêt global.


Voici la définition du totalitarisme sur Wikipedia :

Le totalitarisme est le système politique des régimes à parti unique, n'admettant aucune opposition organisée, dans lequel l'État tend à confisquer la totalité des activités de la société. Concept forgé au XXe siècle, durant l'entre-deux-guerres, le totalitarisme signifie étymologiquement « système tendant à la totalité, à l'unité[1] ».

L'expression totalitaire vient du fait qu'il ne s'agit pas seulement de contrôler l'activité des hommes, comme le ferait une dictature classique : un régime totalitaire tente de s'immiscer jusque dans la sphère intime de la pensée, en imposant à tous les citoyens l'adhésion à une idéologie obligatoire, hors de laquelle ils sont considérés comme ennemis de la communauté.

Les caractéristiques habituellement retenues pour caractériser le totalitarisme sont : une idéologie imposée à tous, un parti unique contrôlant l'appareil d'État, dirigé idéalement par un chef charismatique, un appareil policier recourant à la terreur, une direction centrale de l'économie, un monopole des moyens de communication de masse et un monopole de la force armée[2].

 

Dans le livre, Golan Trevize fait son choix sans savoir pourquoi, mais se trouvera une justification pour ce super-organisme totalitaire : se défendre face à d'eventuels extra-terrestre.  De fait, une identité nationale se défénit souvent par une opposition à un ennemi héréditaire. Le sionisme par exemple se construit essentiellement sur l'antisémitisme (  Partie II : Israël et le sionisme - le nationalisme contre la religion ). Pour faire accepter un nationalisme global, il n'y a plus d'ennemi à choisir. Ceci explique sans doute la référence New Age aux extra-terrestre, et le soutiens récent de sources officielles américaines aux théories sur les OVNI. Voici une citation de H. Kissinger qui permet de saisir la contrepartie de ce phénomène :


"Aujourd’hui, si des troupes des Nations-Unies entraient à Los Angeles pour restaurer l’ordre, les américains seraient outragés; demain ils en seront reconnaissants. Ceci serait spécialement vrai si on leur disait qu’une attaque venant de l’au-delà menaçait leur existence. C’est alors que tous les peuples de la terre prierait leurs leaders de les délivrer de ces méchants. La chose que tous les hommes craignent, c’est l’inconnu. Quand ce scénario leur sera présenté, ils seront prêts à abandonner leurs droits individuels pour leur bien-être, garanti par leur gouvernement mondial… "

H. Kissinger parlant à la réunion des Bilderbergers le 21 mai 1992 à Évian, France. A son insu, son discours fut enregistré par un délégué Suisse.

 

Voici comment finalement vos dernières libertés s'effondreront : la peur des extra-terrestres. C'est probablement le moyen par lequel les autorités emmeneront  l'humanité se battre à Har-Meggido, à l'image du film Independance Day .


L'initiation, un jugement objectif pour hiérarchiser l'humanité


Le mouvement dans son ensemble proclame, selon la precession des equinoxes, un phénomène astronomique lié  au lever du soleil dans les constelations zodiacales, l'arrivée de l'humanité dans l'age du verseau. En fait dans ces idéologies, l'humanité doit subir  une formation, sur le même mode que l'initiation mystique traditionelle. Selon son évolution et l'ouverture de sa conscience, chacun est plus ou moins évolué, selon une parodie de l'évolution darwinienne.


Ce qui donne, chez les penseurs à l'origine du mouvement une dérive raciste évidente.

"La Doctrine Secrète" de H.P. Blavatsky, ouvrage de base du New-Age, fondamentalement raciste, explique que les races ont leur origine en Atlantide et que l'une des sept races atlantéennes était la race aryenne. Par rapport aux six autres races ' les Toltèques, les Rmoahals, les Tlavatlis, les Turaniens, les Akkadiens et les Mongols ' les Aryens étaient la race-maîtresse, les surhommes des races atlantéennes.

Les Aryens n'étaient pas devenus des surhommes par des évolutions ou des mutations ordinaires dans l'évolution, mais plutôt par un bond soudain destiné à leur donner les facultés nécessaires pour vivre dans un monde post-dilluvien. Tout en perdant leurs pouvoirs magiques sur les forces de la nature, et le développement psychique, ils acquirent des facultés de développement du cerveau et une "intelligence supérieure" à celle des autres races survivantes, décrites comme inférieures quant à leurs facultés mentales et à leur héritage génétique.


Prétendument instruits par des hommes-dieux ou même par des surhommes plus avancés, qui leur enseignèrent à protéger à tout prix leur héritage génétique supérieur, ils étaient censés se distinguer des autres races, "inférieures", par leur intellect. Cependant, ces intellects "supérieurs" avaient été développés par le sacrifice de la nature psychique ou prétendument "spirituelle". Pour remédier à cette "déficience" et pour faire en sorte que les pouvoirs psychiques ne soient pas perdus pour la race aryenne, le processus de l'initiation fut développé par leurs "maîtres".


L'initiation devint donc le pré-requis (sine qua non) pour être dirigeant dans la société aryenne, car seuls les initiés ou les adeptes pouvaient communiquer avec les prétendus surhommes ou "pouvoirs supérieurs" nécessaires pour diriger la race. Ces initiés constituent la "Hiérarchie", futur gouvernement spirituel planétaire.


Les adeptes du Nouvel-Âge croient qu'à travers la méditation et d'autres "disciplines spirituelles", ils sont devenus une "nouvelle espèce" ' homo noeticus en opposition à homo sapiens vu comme une espèce mourante. Ils proclament une doctrine intrinsèquement antisémite et raciste : les Juifs proviennent d'un autre système solaire (Alice A. Bailey), les Orientaux et les Noirs viennent d'une autre race-mère ; les races occidentales doivent contrôler le monde puisqu'elles seraient la race-mère la plus évoluée.

Le Nouvel Age, sur le site "La connexion eugéniste"


Au XXe siècle, une première tentative de réaliser le règne de 1000 ans


Pour ceux d'entre vous qui ont lu la série "Les Enjeux de l'antisémitisme", il y a de très forts parallèles avec la mystique national-socialiste, raison première de son antisémitisme. En fait le New Age et le nazisme partagent ce même objectif religieux :  faire disparaître le christianisme traditionnel pour le remplacer par une vision nouvelle du "christianisme positif".

 


Hitler, lorsqu'il vivait à Vienne, a été fortement influencé par les doctrines aryosophistes (doctrine théosophique sur la suprématie de la race aryenne), alors très à la mode. Il possédait une importante collection de la revue Ostara (déesse de la lumière), éditée par le théosophe Jörg Lanz, adepte de la Société Théosophique qui avait pour bible La Doctrine Secrète de Blavatsky. Il admirait sa doctrine des races et la popularisait dans la revue Ostara. Hitler avait rendu visite à Lanz en 1909 pour acheter d'anciens numéros d'Ostara afin de compléter sa collection ; il disait qu'il était intéressé par les théories raciales de Lanz. En 1932 Lanz écrivait : "Hitler est l'un de nos élèves".

 

Lanz, bénédictin défroqué, avait fondé l'ONT (Ordre Nouveau du Temple) et cherchait ainsi une filiation avec les Templiers du Moyen-Âge, tout en enseignant une doctrine gnostique mêlant la théosophie de Blavatsky, ses doctrines "théozoologiques" et le culte de Wotan et Odin. Parmi ses écrits : "Il faudrait castrer sans merci les jeunes bons à rien ou les stériliser", "Criminels, malades mentaux et porteurs de tares héréditaires doivent être exclus de la reproduction", "Intervenir dans la vie sexuelle permettra d'atteindre le royaume des cieux".

 

Hitler subit par ailleurs l'influence de Guido List (1848-1919) qui avait élaboré une doctrine gnostique, fruit d'un mélange entre le Wotanisme (ré-écrit à la mode gnostique) et la théosophie de Blavatsky, promouvant le racisme pangermaniste eugéniste et une nouvelle Hiérarchie, les Armanes, une élite d'initiés. En 1921, Hitler recevait pour son anniversaire un livre contenant une dédicace personnelle : "Pour Adolf Hitler, mon cher frère-armane".

D'autres responsables nazis sont connus pour avoir été inspirés par le même courant paganiste : Himmler par Wiligut, Alfred Rosenberg, Dietrich Eckart, Rudolf Hess par la Société Thulé (une autre secte théosophique, pangermaniste et antisémite).

 

Tout comme les sectes du Nouvel-Âge, le nazisme a enseigné la doctrine de l'aryanisme et de la pureté aryenne, mettant en scène une nouvelle "race-maître" aryenne mutante. La haine des Juifs fondée sur une croyance occulte de corruption génétique des Juifs rendait nécessaire une "solution correcte" finale à ce "problème juif"(37).

 

Ce n'est donc pas un hasard si Hitler, se prenant pour le Messie chargé d'amener le Règne de Mille Ans, a appliqué le programme de "nettoyage ethnique" de la Société Théosophique, dans une politique antisémite, raciale et eugéniste, soutenu par les eugénistes de tous les pays, notamment les Américains.

 

A posteriori, au moins un responsable du New-Age reconnut cette filiation : "Il y a eu une tentative de commencer par unir les peuples vivant dans la vallée du Rhin. Cette tentative fut faite par un disciple mais n'aboutit pas. Actuellement une autre tentative est en cours..."(38).

Le Nouvel-Âge, inspirateur du nazisme


Un leader charismatique : Maitreya, le nouveau Christ


Sur wikiepdia, on peut lire :

 

Share International (branche française : Partage international), fondé dans les années 1970 par Benjamin Creme, influencé par les écrits de la théosophe Helena Blavatsky et d’ Alice Ann Bailey, une pionnière du New Age, prétend que Maitreya est le messie attendu par toutes les religions sous des noms différents, et qu’il aurait déjà fait de nombreuses apparitions publiques et privées.

 

Voici l'introduction de la page de Share international :

 

Le monde se tient aujourd'hui à la croisée des chemins et les défis à relever sont d’une ampleur inégalée. Ce qu’ignore l’humanité, c’est que la crise qu’elle traverse est de nature spirituelle. Cette crise se focalise dans les domaines politique et économique et c’est là qu’elle doit être résolue.

 

Le seul moyen d’avancer pour l’humanité est de prendre conscience de son unité, de sa véritable nature et de manifester la fraternité entre les hommes par le partage et la coopération.

 

En cette époque charnière, les Maîtres de Sagesse sont prêts à conseiller les hommes et à faciliter leur entrée dans une nouvelle ère, où l'être humain connaîtra un accomplissement sans précédent.

 

Le plus grand d'entre eux, connu sous le nom de Maitreya ou de l'Instructeur mondial, se fera bientôt connaître ouvertement. De nombreux signes confirment l'imminence de cet événement.

 

«Même si cela suscite de l'incrédulité ou semble relever de l'utopie, du point de vue de vos Frères aînés d'importants changements sont en cours qui améliorent l'état du monde. Nous voyons se renforcer le courant qui mène à l'unité et à la justice, et se développer la prise de conscience que la paix doit régner, qu'elle est une absolue nécessité si l'humanité doit poursuivre son chemin évolutif. Ainsi la menace d'autodestruction s'éloigne-t-elle considérablement.»


C'est un bon résumé de la pensée New Age. Mais aussi du principe problème-réaction-solution, qui permet petit de faire accepter à l'opinion publique tout ce qu'un esprit sain aurait refusé. En partant de situation catastrophiques (sociales, écologiques, etc ) on parvient à faire accepter que l'élite, au commande de l'état censé représenté la collectivité, prenne tout les pouvoirs.


Ici cette élite est chapautée par un leader multi-annoncé. Sans vouloir être redondant c'est déjà le rôle qu'Hitler voulait se donner. Mais ici on va jouer sur tous les mythes présents dans les religions pour justifier d'un leader mondial. J'avais déjà traiter ce sujet d'un leader autoproclamé dans l'article Le Progrès, évolution ou construction ? .


Ce grand gourou mondial sera loin d'être pacifique, mais imposera son autorité et une religion unique au monde entier. C'est le sens et l'aboutissement de la religion du "Nouvel-Age". D'après Anne Bailey, l'une des théoricienne "inspirée" du mouvement, les recalcitrants qui refuseront d'adopter la nouvelle spiritualité sont des être ratés (ou fondamentalement mauvais) devront être renvoyé "dans une autre dimension, en dehors du cycle des réincarnations".


Ce qui est intéressant c'est l'usage de la rethorique de la tolérance pour justifier ce choix.  Le New Age étant un mouvement multiforme et plutôt original pour le moment, il joue sur le concept de tolérance pour se faire accepter. Cependant dans ses écrits les auteurs sont agressivements anti-monothéistes, ce qu'ils justifient par l'intolérance de l'intolérance.

Parce que les croyants pensent que leurs écrits, la Bible et le Coran, sont la vérité, puisque parole d'Allah ou de IHWH, ils doivent être anéantis. Et c'est précisement ce que font les élites depuis le XXe siècle, lorsque les monothéistes (juifs, tziganes, arméniens, slaves orthodoxes, palestiniens, ...) forment l'immense majorité des populations génocidés.

Mais ce n'est pa la seule raison. Le leader mondial dont l'arrivée est préparée par les résaux New Age est amplement décrit dans les livres saints des trois grandes religions. Il s'agit de l'antichrist, le faux prophète, la deuxième bête de l'Apocalypse de Jean, l'abomination de Daniel.


Celui-ci se fera passer pour Dieu, installera son siège à Jerusalem, placera son idole dans le temple, persecutera les croyants et recevra son trone des 10 rois, qui lui confieront leur royauté. La marque de la bête, solution proposée aux inégalités economiques, sera imposée à tous les hommes.


C'est parce que les textes du monothéisme sont défénseurs de la liberté et des responsabilités individuelles et décrivent en mal l'avenement du leader attendu que le New Age les stigmatise fortement.


L'infiltration des religions monothéistes par le New Age


Dans le New Age, les religions orthodoxes doivent être remplacées par la Religion du Monde Nouveau qu'un leaer mondial viendra mettre en place en unifiant toutes les religions qui auront préparé sa venue.


Nous avons vu dans la deuxième partie comment le sionisme a permit de mettre en place une religion nationale en lieu et place du judaïsme.


Nous avons vu dans la troisième partie que l'Islam est en passe de se faire renverser par un courant préparant la venue du Mahdi.


Pour le chritianisme, il y a beaucoup de courants qui pourraient être identifiés avec le New Age. Cependant on peut lire dans le livre Final Warning, de David Rivera (dont les exemplaires restants sont en vente pour 500€ sur internet, étonnant pour un livre sorti en 1994) un passage à propos du National Council of Churches, membre du World Council of Churches, qui dit :

  • founded in 1908 by Walter Rauschenbusch, a baptist (socialist) and Henry Ward (communist), as federal council of church
  • identified by congress as "communist organization aimed at the establishment of a state church"
  • office and naval inteligence reported they gave "aid and confort to the communist movement and party"
  • in 1942 their platform called for a world governement
  • financially supported by Andrew Carnegie and John D Rockfeller Jr (note : qui ne sont pas, eux, des communistes notoires)

Derrière ces mouvements chrétiens, ce sont les considérations en vue d'une église universelle dont il faut se méfier. Peu importe pour le croyant que les institutions soient unifiées en vue de justifier un pouvoir global, bien au contraire !


Une religion globale : la fin de la laïcité


Cette religion garantira l'institution du Nouvel Ordre Mondial demandé par Georges Bush père : We have before us the opportunity to forge for ourselves and for future generations a new world order.


La religion New Age est destinée à devenir la religion d'état d'un monde unifié par un leader charismatique, elle demande l'integration des religions dans l'appareil étatique, ce que N. Sarkozy a commencé à faire lors de son passage au ministère de l'intérieur, mais aussi l'ouverture aux nouveaux mouvements spirituels, qui ne veulent plus être considérés comme des sectes. L'amérique est en guerre contre la politique anti-secte à la française. Nicolas Sarkozy s'empresse de la satisfaire.


Toute la politique religieuse de N. Sarkozy consiste a ouvrir la porte aux nouveaux mouvements spirituels, pour les mettre au service d'un nouvel ordre mondial, dont ils seront le fondement religieux.


Les attaques contre la laïcité ne sont pas finies ! Pas plus que celles contre les monothéistes, qui devront s'intégrer ou faire face aux conséquences.

 

 

Sitographie

1. publications universitaires

2. Sites chrétiens

3. Articles liés sur ce blog

4. Sites sur le New World Order

Commenter cet article

clovis simard 22/04/2012 03:51


Voir mon blog(fermaton.over-blog.com), L'AUBE DE FONDATION D'ISAAC ASIMOV RÉALISÉE.

nomind 22/05/2008 21:26

Pour comprendre le sens de la déclaration de Jean Michel ROULET, Président de la MIVILUDES :“On voit se développer de petits groupes qui font de la psychologie, des médecines nouvelles, de la diététique, de la formation permanente. Quand on dit secte, on pense à un groupe important bien structuré, mais, aujourd'hui, le phénomène prend plutôt une dimension “micro”. Ce peut être un leader qui tient une douzaine de personnes grâce à des dérives sectaires.” il faut bien comprendre au préalable …
Les lois de l'industrie pharmaceutique
Il n'est pas dans l'intérêt financier de l'industrie pharmaceutique de prévenir les maladies courantes - la maintenance et l'expansion des maladies est une pré-condition à la croissance financière de cette industrie.
1 L'industrie pharmaceutique est une industrie d'investissement dirigée par les profits de ses actionnaires. Améliorer la santé humaine n'est pas la ligne directrice de cette économie.
2 L'industrie de l'investissement pharmaceutique a été artificiellement créée et stratégiquement développée sur une période d'un siècle entier, par les mêmes groupes d'investissement qui contrôlent globalement les industries pétrochimiques et chimiques.
3 Les énormes profits de l'industrie pharmaceutique sont basés sur la mise sous brevets des nouveaux médicaments. Ces brevets permettent essentiellement aux manufacturiers de médicaments de définir de façon arbitraire les profits pour leurs produits.
4 Le “marché” de l'industrie pharmaceutique est le corps humain - mais seulement tant et aussi longtemps que le corps est porteur de maladies. Ainsi, maintenir et faire progresser les maladies est une pré-condition à la croissance de l'industrie pharmaceutique.
5 Une stratégie clé pour accomplir ce but est le développement de médicaments qui ne font que masquer les symptômes tout en évitant la guérison ou l'élimination des maladies. Ceci explique pourquoi la plupart des médicaments sous prescriptions mis sur le marché de nos jours n'ont pas d'efficacité prouvée mais simplement des symptômes cibles.
6 Pour étendre davantage leur marché pharmaceutique, les compagnies de médicaments sont continuellement à la recherche de nouvelles applications (posologies) pour l'utilisation de médicaments qu'ils commercialisent déjà. Par exemple, les pilules pour la douleur Aspirine de Bayer sont maintenant consommées par 50 millions de citoyens Américains en santé, sous l'illusion que cela préviendra les attaques cardiaques.
7 Une autre stratégie clé pour étendre les marchés pharmaceutiques est de causer de nouvelles maladies avec les médicaments. Tout en masquant simplement les symptômes à court terme, la plupart des médicaments pris par des millions de personnes de nos jours causent une multitude de nouvelles maladies qui résultent de leurs effets secondaires à long terme, d'ailleurs connus. Par exemple, tous les médicaments réduisant le taux de cholestérol actuellement sur le marché sont reconnus pour augmenter le risque de développement du cancer - mais seulement après que le patient ait consommé le médicament pendant plusieurs années.
8 Les effets secondaires connus et mortels des médicaments sous prescriptions sont la quatrième cause principale de décès dans le monde industrialisé, surpassés seulement par le nombre de décès dus à des crises cardiaques, des cancers, et des embolies (Journal de l'Association Médicale Américaine, 15 avril 1998). Ce fait n'est pas surprenant non plus, puisque les brevets sur les médicaments sont émis d'emblée pour les nouvelles molécules synthétiques. Toutes les molécules synthétiques ont besoin d'être détoxifiées et éliminées du corps, un phénomène qui échoue fréquemment et résulte en une épidémie d'effets secondaires sévères et mortels.
9 Alors que la promotion et l'expansion des maladies fait augmenter le marché de l'industrie de l'investissement pharmaceutique - la prévention et le traitement des maladies à la racine diminuent la rentabilité à long terme; par conséquent, ces derniers sont évités ou même souvent obstrués par cette industrie.
10 Pire encore, l'éradication des maladies est dans sa nature même incompatible avec, et diamétralement opposée, aux intérêts de l'industrie de l'investissement pharmaceutique. L'éradication de maladies maintenant considérées comme des marchés pharmaceutiques détruirait des investissements de milliards de dollars et éliminerait éventuellement cette industrie entière.
11 Les vitamines et d'autres thérapies de santé naturelles et efficaces qui optimisent le métabolisme cellulaire menacent les “affaires” que l'industrie pharmaceutique fait avec les maladies puisqu'elles ciblent la cause cellulaire de la plupart des maladies communes d'aujourd'hui - et ces substances naturelles ne peuvent être brevetées.
12 Au cours des plus de cent ans d'existence de l'industrie pharmaceutique, les vitamines et les autres éléments nutritifs essentiels, avec des fonctions définies comme co-facteurs du métabolisme cellulaire, ont été les plus solides compétiteurs et la plus grande menace au succès à long terme de l'industrie de l'investissement pharmaceutique.
13 Les vitamines et d'autres thérapies de santé naturelles qui préviennent efficacement les maladies sont incompatibles avec la nature même des “affaires des maladies”.
14 Pour protéger les développements stratégiques de son entreprise d'investissement contre les menaces des thérapies naturelles, efficaces, et non brevetables, l'industrie pharmaceutique a - au cours d'une siècle entier - utilisé les méthodes les moins scrupuleuses, telles que :
(1) Rétention d'informations de santé qui auraient pu sauver la vie à des millions de gens. Il est simplement inacceptable qu'aujourd'hui si peu de gens savent que le corps humain ne peut pas produire de vitamine C et de Lysine, deux molécules clé pour la stabilité des tissus connectifs et la prévention des maladies.
(2) Discréditer les thérapies naturelles . La façon la plus commune est à travers les campagnes de relations publiques globales, organisées par le cartel pharmaceutique, qui répandent des mensonges sur les soi-disant effets secondaires des substances naturelles - des molécules qui ont été utilisées par la nature depuis des millénaires.
(3) Bannir par la loi la dissémination d'informations sur les thérapies de santé naturelles. À cette fin, l'industrie pharmaceutique a placé ses lobbyistes dans des positions politiques clés dans les marchés principaux et les nations en tête des exportations de médicaments.
15 Les “affaires” pharmaceutiques sont la pire arnaque et fraude commerciale dans l'histoire humaine . Le produit “la santé” promis par les compagnies de médicaments n'est pas livré à des millions de patients. À la place, les “produits” les plus souvent livrés sont l'opposé : de nouvelles maladies et des morts fréquentes.
16 La survie de l'industrie pharmaceutique est dépendante de l'élimination de toute méthode de thérapie naturelle efficace . Ces thérapies naturelles et non brevetables sont devenues le traitement choisi par des millions de gens en dépit des oppositions économiques, politiques et médiatiques combinées de la plus grande industrie d'investissement au monde.
The Laws of the Pharmaceutical IndustryDr. Rath, Dr Rath Health Foundation, 2003
Source : Advanced Health Plan www.advancedhealthplan.com
Traduction : Évolution Québec
© 2000-2005, Évolution Québec
Toute reproduction autorisée

nomind 22/05/2008 21:17

Pour comprendre le sens de la déclaration de Jean Michel ROULET, Président de la MIVILUDES :



“On voit se développer de petits groupes qui font de la psychologie, des médecines nouvelles, de la diététique, de la formation permanente. Quand on dit secte, on pense à un groupe important bien structuré, mais, aujourd'hui, le phénomène prend plutôt une dimension “micro”. Ce peut être un leader qui tient une douzaine de personnes grâce à des dérives sectaires.”


il faut bien comprendre au préalable …
Les lois de l'industrie pharmaceutique
Il n'est pas dans l'intérêt financier de l'industrie pharmaceutique de prévenir les maladies courantes - la maintenance et l'expansion des maladies est une pré-condition à la croissance financière de cette industrie.
1 L'industrie pharmaceutique est une industrie d'investissement dirigée par les profits de ses actionnaires. Améliorer la santé humaine n'est pas la ligne directrice de cette économie.


2 L'industrie de l'investissement pharmaceutique a été artificiellement créée et stratégiquement développée sur une période d'un siècle entier, par les mêmes groupes d'investissement qui contrôlent globalement les industries pétrochimiques et chimiques.


3 Les énormes profits de l'industrie pharmaceutique sont basés sur la mise sous brevets des nouveaux médicaments. Ces brevets permettent essentiellement aux manufacturiers de médicaments de définir de façon arbitraire les profits pour leurs produits.
4 Le “marché” de l'industrie pharmaceutique est le corps humain - mais seulement tant et aussi longtemps que le corps est porteur de maladies. Ainsi, maintenir et faire progresser les maladies est une pré-condition à la croissance de l'industrie pharmaceutique.


5 Une stratégie clé pour accomplir ce but est le développement de médicaments qui ne font que masquer les symptômes tout en évitant la guérison ou l'élimination des maladies. Ceci explique pourquoi la plupart des médicaments sous prescriptions mis sur le marché de nos jours n'ont pas d'efficacité prouvée mais simplement des symptômes cibles.
6 Pour étendre davantage leur marché pharmaceutique, les compagnies de médicaments sont continuellement à la recherche de nouvelles applications (posologies) pour l'utilisation de médicaments qu'ils commercialisent déjà. Par exemple, les pilules pour la douleur Aspirine de Bayer sont maintenant consommées par 50 millions de citoyens Américains en santé, sous l'illusion que cela préviendra les attaques cardiaques.
7 Une autre stratégie clé pour étendre les marchés pharmaceutiques est de causer de nouvelles maladies avec les médicaments. Tout en masquant simplement les symptômes à court terme, la plupart des médicaments pris par des millions de personnes de nos jours causent une multitude de nouvelles maladies qui résultent de leurs effets secondaires à long terme, d'ailleurs connus. Par exemple, tous les médicaments réduisant le taux de cholestérol actuellement sur le marché sont reconnus pour augmenter le risque de développement du cancer - mais seulement après que le patient ait consommé le médicament pendant plusieurs années.
8 Les effets secondaires connus et mortels des médicaments sous prescriptions sont la quatrième cause principale de décès dans le monde industrialisé, surpassés seulement par le nombre de décès dus à des crises cardiaques, des cancers, et des embolies (Journal de l'Association Médicale Américaine, 15 avril 1998). Ce fait n'est pas surprenant non plus, puisque les brevets sur les médicaments sont émis d'emblée pour les nouvelles molécules synthétiques. Toutes les molécules synthétiques ont besoin d'être détoxifiées et éliminées du corps, un phénomène qui échoue fréquemment et résulte en une épidémie d'effets secondaires sévères et mortels.
9 Alors que la promotion et l'expansion des maladies fait augmenter le marché de l'industrie de l'investissement pharmaceutique - la prévention et le traitement des maladies à la racine diminuent la rentabilité à long terme; par conséquent, ces derniers sont évités ou même souvent obstrués par cette industrie.
10 Pire encore, l'éradication des maladies est dans sa nature même incompatible avec, et diamétralement opposée, aux intérêts de l'industrie de l'investissement pharmaceutique. L'éradication de maladies maintenant considérées comme des marchés pharmaceutiques détruirait des investissements de milliards de dollars et éliminerait éventuellement cette industrie entière.
11 Les vitamines et d'autres thérapies de santé naturelles et efficaces qui optimisent le métabolisme cellulaire menacent les “affaires” que l'industrie pharmaceutique fait avec les maladies puisqu'elles ciblent la cause cellulaire de la plupart des maladies communes d'aujourd'hui - et ces substances naturelles ne peuvent être brevetées.
12 Au cours des plus de cent ans d'existence de l'industrie pharmaceutique, les vitamines et les autres éléments nutritifs essentiels, avec des fonctions définies comme co-facteurs du métabolisme cellulaire, ont été les plus solides compétiteurs et la plus grande menace au succès à long terme de l'industrie de l'investissement pharmaceutique.
13 Les vitamines et d'autres thérapies de santé naturelles qui préviennent efficacement les maladies sont incompatibles avec la nature même des “affaires des maladies”.
14 Pour protéger les développements stratégiques de son entreprise d'investissement contre les menaces des thérapies naturelles, efficaces, et non brevetables, l'industrie pharmaceutique a - au cours d'une siècle entier - utilisé les méthodes les moins scrupuleuses, telles que :
(1) Rétention d'informations de santé qui auraient pu sauver la vie à des millions de gens. Il est simplement inacceptable qu'aujourd'hui si peu de gens savent que le corps humain ne peut pas produire de vitamine C et de Lysine, deux molécules clé pour la stabilité des tissus connectifs et la prévention des maladies.

(2) Discréditer les thérapies naturelles . La façon la plus commune est à travers les campagnes de relations publiques globales, organisées par le cartel pharmaceutique, qui répandent des mensonges sur les soi-disant effets secondaires des substances naturelles - des molécules qui ont été utilisées par la nature depuis des millénaires.
(3) Bannir par la loi la dissémination d'informations sur les thérapies de santé naturelles. À cette fin, l'industrie pharmaceutique a placé ses lobbyistes dans des positions politiques clés dans les marchés principaux et les nations en tête des exportations de médicaments.
15 Les “affaires” pharmaceutiques sont la pire arnaque et fraude commerciale dans l'histoire humaine . Le produit “la santé” promis par les compagnies de médicaments n'est pas livré à des millions de patients. À la place, les “produits” les plus souvent livrés sont l'opposé : de nouvelles maladies et des morts fréquentes.
16 La survie de l'industrie pharmaceutique est dépendante de l'élimination de toute méthode de thérapie naturelle efficace . Ces thérapies naturelles et non brevetables sont devenues le traitement choisi par des millions de gens en dépit des oppositions économiques, politiques et médiatiques combinées de la plus grande industrie d'investissement au monde.
The Laws of the Pharmaceutical IndustryDr. Rath, Dr Rath Health Foundation, 2003
Source : Advanced Health Plan www.advancedhealthplan.com
Traduction : Évolution Québec

nomind 22/05/2008 21:10

Lettre d'une psychothérapeute en colère devant l'iniquité de la chasse aux sectes et de la psychose qu'elle génère dans notre société, contraignant la spiritualité à entrer dans la clandestinité…
7 janvier 2007
Qu'est-ce que c'est que cette histoire de sectes sur notre site de psychothérapeutes ? Lécher les pieds de la MIVILUDES de nous donnera pas plus de légitimité, il faut voir comment ses membres regardent notre profession et toute démarche hors cadre universitaire, sans même parler du transpersonnel ! Psychothérapeute : thérapeute veut dire soigner. Donc, l'acte de soigner est pour les médecins, qui sont reconnus psychothérapeutes sans rien connaître de la psyché, surtout de la leur. C'est comme ça que c'est compris par certains. ” Psycho ” un préfixe qui parle de l'esprit, alors, surtout, la pensée doit rester rationnelle. Toute approche transpersonnelle, voir spirituelle, est soupçonnée de dérive sectaire. Soit on est dans le risque d'exercice illégal de la médecine, soit dans le risque de dérive sectaire. Entre les deux où est l'espace du travail possible ?
Pourtant, comment comprendre certains conflits si la dimension spirituelle est laissée de côté ? Par exemple, quand depuis deux mille ans l'on raconte que Dieu est amour, et que les descendants des libres penseurs rejettent la manipulation mentale de l'église, cela peut donner naissance à des conflits majeurs dans le thème de l'amour, les choses étant parfois confondues. Le système de croyance est fondamental dans l'architecture d'un psychisme et doit être pris en compte pour une aide efficace.
L'église catholique a persécuté les libres penseurs pendant des siècles, ils ont dû se cacher pour survivre. Aujourd'hui le pouvoir a changé de camp. Ce sont les anciens libres penseurs qui sont devenus détenteurs de vérité. Liberté, Egalité, Fraternité étaient des valeurs sûres et qui méritent mieux que ça. Certains d'entre eux se sont mis à pourchasser les sectes avec une énergie et une véhémence hystérique suspecte ! Finalement, ils ressemblent à leurs persécuteurs d'il y a quelques siècles. Ils font aux autres ce qu'on a fait à leurs ancêtres. Les farfelus maintenant et dangereux pour le système, ce sont tous les gens qui cherchent une spiritualité. On met de l'encens ? On est suspect. On va faire un tour chez les Indiens ? Attention, c'est peut-être une secte. On va à une cérémonie africaine ? Encore une secte. On va étudier le décodage biologique ? Idem. La liste de la suspicion et de la délation ne cesse de s'élargir pour que plus personne en-dehors des sectes reconnues officiellement, c'est-à-dire ayant réussi, n'ose aller à la découverte d'autres modes de pensée. On ne sait jamais, ça pourrait changer nos idées. Le nombre de professionnels victimes d'accusations infondées s'agrandit. Souvent, ils gagnent leurs procès, dix ans après avoir perdu toute leur clientèle. L'Europe montre la France du doigt pour son non-respect des droits humains, la liberté de recherche spirituelle, et aussi pour son non-respect des droits de la parole de l'enfant.
Ça va ensemble.
Nous sommes le seul pays à interdire certaines pratiques, ou certains mouvements. L'ordre rosicrucien par exemple, ancien, vieux, reconnu comme une confrérie, classé dans les sectes. Qu'est-ce que cela veut dire ? Où a-t-on vu que ces gens-là étaient des dangers ? Qu'on m'explique, j'ai connu de nombreux adhérents qui y ont étudié puis en sont partis sans problèmes. Nous sommes le seul pays à persécuter les gens qui cherchent hors des sentiers officiels. Même en Europe de l'Est, il y a maintenant plus de liberté d'être. Les machines utilisées par l'armée soviétique pour photographier les corps énergétiques sont banalement distribuées chez les médecins, là-bas ; ici, le malheureux qui en possède une se voit dénoncé pour dérive sectaire. Deux machines sur tout le territoire national français.
Un jour, je suis allée à un stage de yoga en Belgique. J'ai failli m'enfuir parce que le lieu d'hébergement était chez les Hare Krishna, et me mettre en colère contre l'organisatrice qui ne nous avait pas prévenus. Puis j'ai vu que le lieu était un restaurant ouvert, avec un jardin, que les gens du pays venaient y manger végétarien dans la paix. J'ai décidé de rester ma semaine de stage et d'observer, d'ouvrir mon état d'esprit et de ne pas agir sous conditionnement médiatique. Personne n'est venu ” prosélyter “. J'ai vu des moines faire les jardins, se lever tôt pour prier, danser, chanter, des gens étudier les textes sacrés -quand même les Védas, les plus anciens de l'Inde - et je suis même allée voir comment c'était. J'ai vu des jeunes anciens drogués qui étaient là et s'étaient consacrés à Krishna. J'ai pensé que leur famille devait être furieuse qu'ils perdent leur avenir avec tout cela. Et je me suis demandée : oui mais quelle différence avec un moine trappiste ? J'apprends avec stupeur que leur mouvement est reconnu en Inde et reçu dans les fêtes avec honneur par le gouvernement ! On ne nous le dit pas en France, ça ! Alors les ” bonnes ” sectes sont celles qui correspondent à notre culture ? Est-ce qu'on ne continue pas à lapider les St Etienne tous les jours ?
Ah, ça ne se dit pas, tout ça ! Je suis rentrée en France pensive sans garder de liens avec ces personnes. Je ne crois pas aux sectes. Je crois aux attitudes sectaires. Je crois qu'il y a des gens qui manipulent les autres, partout, dans les couples, dans les entreprises, dans les partis politiques, dans la publicité, dans les média. Je crois qu'il y a des tentatives d'emprises affreuses dans l'intimité et tous les jours, je reçois des gens qui sont souffrants de relations tordues et toxiques. Je crois dans le travail pour rendre aux gens leur liberté de penser et leur autonomie, l'histoire des sectes n'existera alors plus. Je crois qu'il faut une ouverture d'esprit et de cœur pour que la société change, et arrêter avec cette paranoïa. Il y a sûrement des mouvements dangereux mais pas autant qu'ils ont été listés. Même quand une personne est témoin de Jéhovah par exemple, on peut la trouver bornée et limitée par ses croyances, mais pourquoi cette personne serait inapte à exercer un métier à cause de ses croyances ? Est-ce que c'est contagieux et qu'on doit ne plus la fréquenter ? Si on ne lui parle plus, on est assuré de le laisser justement dans son enfermement ! En les évinçant, se protège-t-on de risquer d'être convaincu ? C'est faire peu de confiance à sa propre intelligence ! N'est ce pas une croyance, celle de la lutte des classes, qui peut limiter la lecture du monde en ne voyant que le combat partout, n'est-ce pas encore une autre croyance limitative, que les immigrés mettent en danger la France ? N'est-ce pas un gigantesque outil de manipulation des foules, de répandre la terreur au sujet de tout, des microbes, des terroristes, des sectes, et je ne sais quoi, afin de pouvoir mieux cadenasser le flicage, la surveillance, le viol des libertés privées et l'interdiction de la libre expression ?
Je me souviens d'il y a dix ans, j'étais assise dans un café à la Pointe du Raz en Bretagne, allaitant un de mes bébés. Un homme est entré, affolé, c'était à l'époque du temple solaire : ” Appelez les gendarmes, il y a une secte ! “. Les gendarmes sont venus. J'ai mis l'enfant dans la poussette et je suis allée voir. Il y avait une chorale en rond qui faisait des vocalises, des voyelles. Ils se chauffaient la voix, puis ont entonné des Ave maria et des Alléluia. Je suis retournée au parking, rien ne me semblait inquiétant. Par contre, j'ai vu les gendarmes noter toutes les immatriculations sur le parking, y compris ma propre voiture !!! J'étais furieuse. Voilà comment on se fait ficher par les renseignements généraux ! Bravo, la qualité de l'information. Je pourrais en raconter encore des lignes et des lignes, sur ces méthodes de travail de plouc. Je suis absolument outrée que cette peur donne le droit de constituer ainsi des fichiers secrets ou les intéressés ne sont même pas au courant qu'ils figurent, ni où cela est inscrit. C'est de l'inquisition. De la délation. La PNL, des méthodes de secte ? Les psychothérapeutes, suspects ? Oh, Vichy, arrête ton char ! Les psychothérapeutes sont les libres penseurs de maintenant et c'est pour cela que le système tente de les éliminer : ils rendent leur autonomie d'esprit à leurs clients. En principe. Sinon ce ne sont pas des psychothérapeutes mais des menteurs, et entre professionnels, ça peut se savoir. Les organisations professionnelles sont assez bien outillées pour faire un excellent filtrage. Ce ne sont pas les diplômes universitaires qui empêchent d'être sectaires ! Des chercheurs du CNRS sont en grand nombre dans plusieurs mouvements classés ” sectes “, des médecins, etc. Nous faire passer par l'université n'y changera rien, bien que la psychopathologie soit intéressante à connaître.
Alors c'est vrai qu'il existe des mouvements peu recommandables. Je crois qu'il y a des lois, dans la République, qui sont très bien faites pour protéger le citoyen des abus : détournements de fonds, abus de personne faibles, abus de confiance, séquestration, etc. Aucune loi ne pourra le protéger contre les pensées nouvelles et tout le monde sait que dans un organisme, l'homéostasie est une loi. Notre société est en résistance au changement de pensée et son outil est la peur pour empêcher une mutation irréversible.
Cette mutation, je la souhaite pour un monde où les gens cesseront de s'opprimer mutuellement, de se mentir, d'être obligés de faire semblant d'être un autre, de tenter des prises de pouvoir les uns sur les autres et spécialement entre hommes et femmes, pour un monde où une seule valeur triomphera, l'amour.
Et c'est dans ces valeurs : l'amour, l'autonomie, la liberté de penser, le respect, qu'on peut simplement savoir si l'on a affaire ou non à une secte. Le danger subsiste simplement dans le fait qu'on n'ait pas formé les gens à détecter les emprises car sinon, ils rejetteraient tout ce qui les oppresse et cela n'arrangerait pas les affaires du pouvoir : bien des choses seraient remises en question. On prend les Français pour des incapables : on distingue à leur place, comme s'ils ne pouvaient discerner où poser les pieds. Je crois dans le travail pour la liberté de la pensée et le déconditionnement de toutes les croyances entraves pour la vie. Et j'en ai assez de cette pensée unique, pensée inique.
” Attention, les sectes attaquent l'entreprise grâce au développement personnel ! ” (mdr : mort de rire) C'est vrai, cela peut arriver. Ce n'est pas une attaque massive sur toutes les entreprises. C'est comme pour les virus, trois bêtes mortes et la France tremble ! Attention… la paranoïa attaque vos cerveaux.
En 1559, un de mes ancêtres, Anne de Bourg, conseiller au parlement et magistrat, a été brûlé vif sur la place de Paris pour avoir défendu les Protestants, bien qu'il n'en soit pas un lui-même. Est-ce qu'on a évolué depuis ? Je vais le savoir après ce brûlot.
Alice CHERBONNEL
Psychothérapeute et défenderesse de la libre pensée.
http://psychotherapeute.site.voila.fr
Rajout le mardi 9 janvier 2007
J'en rajoute ; étant en train de tourner un long métrage sur toutes les pratiques chamaniques, quatre personnes sur cinq est actuellement dominée par la peur de se faire traiter de secte. Cela rend difficile tout le travail. je suis profondément peinée de voir les héritiers de tradition celtique, indiennes, hindoues ou encore africaines, trembler devant le risque d'une délation ou d'un procès, et d'apprendre que des enquêtes sont facilement mises en route contre tous ces gens de différents horizons que je visite en ce moment, sous plaintes de voisins pour des bruits de tam tam. Tout ce que ces gens font est parfaitement légal. Ce climat de peur me fait penser à Vichy. C'est très malsain. Beaucoup refusent la caméra et pensent entrer dans la clandestinité. Ça ne vous rappelle rien ? J'ai décidé d'afficher ma liberté de penser en me laissant filmer dans plusieurs de ces traditions. Plusieurs collègues m'ont dit « Surtout pas ; tu vas te faire discréditer comme psychothérapeute ». Ça suffit à la fin ! Parce qu'on est psychothérapeute, on n'a pas le droit de s'intéresser aux peuples premiers ??? Alors que leurs légendes, traditions, sont des richesses en archétypes, et leur contact, un plaisir ? Ne vous gênez pas pour faire passer mon courrier !!! Aux plumes citoyens ! Qui voit des sectes partout, c'est çuikidikiyé !
 
 

nomind 22/05/2008 20:58

Le point de vue de Thierry Becourt
 Lettre ouverte à l’UNADFI
En 1997, sortait le livre de l’universitaire Bruxelloise A. Morelli : « Lettre ouverte à la secte adversaire des sectes » qui fit fort impression dans le domaine universitaire et chez les défenseurs de la liberté de Pensée.Il s’agissait de montrer que le fonctionnement des groupes de pression anti-sectes dont l’Unadfi est le fer de lance, sont une véritable nuisance pour la Démocratie en s’appuyant sur l’ignorance ambiante dans le domaine de la culture religieuse et du fonctionnement de la société marchande. Qu’en est-il en ce début 2005, comment l’Unadfi financée à plus de 90% par notre Gouvernement, prônant pourtant l’exemple de la laïcité, peut-elle prétendre défendre les valeurs républicaines en s’appuyant sur la théorie du complot et du bouc émissaire si chère aux extrémistes et tout cela au mépris des heures les plus sombres de notre histoire ?Faut-il rappeler que la Démocratie donne la souveraineté aux citoyens dans le respect de la liberté de conviction et de l’égalité et que la République partage son pouvoir avec tous les acteurs de la société.
Comment donc accepter l’affirmation selon laquelle l’Unadfi défendrait ces valeurs de dignité alors qu’elle applique des principes anti-démocratiques ?Comment expliquer la prise en mains de cette association par la Franc Maçonnerie elle même fondée sur l’esprit républicain ?
Que l’on m’explique, comment l’Unadfi et ses semblables peuvent prétendre au honneurs de l’Etat tout en choisissant la voie des discriminations et de l’intolérance au moment où se crée en France la « Haute autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité » et que l’on s’apprête à fêter les cent ans de la loi de 1905 ?
S’agit-il là encore de ‘l’impensé Français’ ?
Lorsqu’on lit dans l’article paru dans Bulle de décembre dernier, signé A. Thiard Président honoraire de l’Adfi Paris : « A travers toutes les sectes, (…) on les reconnaît à ce qu’elles utilisent des méthodes totalitaires »,« Aujourd’hui la prétention (des sectes) encouragée dans divers pays à se faire considérer comme des ‘mouvements religieux’ montre que la situation est plutôt pire qu’il y a 8 ans (date du Rapport Parlementaire)… Les sectes constituent un exemple flagrant de ce qu’une société peut porter en son sein d’aigrefins, de charlatans, d’exploiteurs, (sic)… Lorsque ce genre de corps étrangers(sic), s’attaquent avec ses méthodes totalitaires à la substance et à l’intégrité de l’homme et aux valeurs d’une société démocratique… »
Peut-on trouver meilleur exemple d’incitation au rejet, à la discrimination, à la délation et à la violence. Voilà les propos que notre gouvernement reconnaît d’utilité publique. Il est vrai que la Miviludes invite au « signalement des agissements » non conventionnels, véritable invitation à la délation déguisée en œuvre de salut public ! Quand on sait avec quelle légèreté le mot secte est utilisé pour attaquer des voisins, des parents, des conjoints et gagner un procès sans grande difficulté et avec quelle facilité chacun d’entre nous peut-être accusé de secte sur une simple rumeur voire une dénonciation, et dieu sait si les victimes de ces corbeaux sont nombreuses à faire appel au CapLC et autre CICNS et Omnium… Ces prises de positions d’un dirigeant d’une association ‘reconnue d’utilité publique’ font froid dans le dos !
Comment ces groupes peuvent prétendre juger des minorités de conviction et leurs philosophies alors qu’ils refusent de les approcher excepté par le seul biais des apostats ?Louis Pauwels lançait en 1996 le concept de « l’esprit d’inquisition », force est de constater qu’à cause de ces groupes de pression, il n’a pas faibli dans notre pays. Il serait temps que ces organes inquisiteurs s’appliquent à eux-mêmes la ‘question’, et les critères qu’ils destinent à ceux qui ne sont pas dans leur norme. Hors qui dit norme dit hérésie et ce n’est pas l’universitaire Michel Tardieu qui nous contredira sur ce point lorsqu’il précise (**) qu’il n’y a pas de dogme sans hérésie et que cette dernière est toujours la part obscure du dogme. De plus lorsque l’on sait que le mot hérésie signifie choix et de fait qu’il n’y a pas d’hérétique sans secte, l’on comprend que les inquisiteurs modernes en s’appuyant sur les dogmes en place, chassent en fait l’hérétique comme au bon vieux temps.Indéniablement l’Unadfi et ses compères sont dans une démarche d’inquisiteur montrant par là même leur opposition à la laïcité et s’excluant de tout fonctionnement républicain et démocratique.
La Coordination pour la Liberté de Conscience et les autres associations qui défendent les mêmes valeurs, observent depuis des années la mise en place d’une normalisation de la pensée dont l’Unadfi devient un instrument.Qu’observons-nous en effet ?
Intervention dans le milieu familial par le biais d’un lobbying dans le milieu juridique allant jusqu’à la demande de retrait d’enfants aux familles contrevenant ici à la fonction même d’une association sensée défendre le milieu familial, amalgame et diffusion de rumeurs infondées, constitution de dossiers personnels au mépris des différentes lois sur la protection de la vie privée et des convictions, difficultés voire refus de juger les affaires en lien direct avec l’Unadfi, soutien d’instances maçonniques telle l’Institut d’Etude et de Recherche Maçonnique (Iderm) envers ce qu’elle appelle une ‘instance républicaine’, intervention dans le monde scolaire par des apostats de ‘sectes’ reconvertis en membres actifs d’Adfi, pratique de l’amalgame, jugement portés sur les croyances minoritaires, incitation à la délation y compris envers des médecins qu’elle juge déviants, refus de respecter certaines lois notamment celle relative à la communication de dossier, soutien aux thèses de lavage de cerveau, stigmatisation de tout individu remettant en cause la société de consommation, …
On notera que l’Unadfi et ses antennes sont des habituées des tribunaux. Leurs dirigeants ne s’en cachent pas et n’hésitent pas à annoncer avec un certain orgueil : « Depuis 1994, date de ma présidence, j’ai dû répondre à 9 assignations, 8 ont été rendu en ma faveur » (magazine ‘les sectes manipulent’ p.7). Force est de constater que jusqu’à maintenant la justice s’alignant sur l’opinion médiatique semble protéger les malversations de ce groupe de pression.
D’ailleurs pour l’Adfi, un mouvement qui se défend sera présenté comme auteur d’intimidation à son encontre… On dira que les sectes s’en prennent à leurs détracteurs, quand bien même une victime demandera à la justice de les condamner pour être intervenue dans des affaires familiales avec des rapports mensongers. On refusera de juger, mais on demandera le prix fort à la victime pour se pourvoir en partie civile. Démontrant ainsi un véritable lobby anti-sectes. Malgré ces incohérences, l’Unadfi totalise à elle seule un bon nombre de condamnations et fait actuellement l’objet de multiples actions en justice dont une assignation pour dissolution.
Mais dans la plupart des cas l’on reste dans la rhétorique de la double contrainte, où quelque soit la façon dont leurs victimes se défendent, ou refusent de le faire, elles sont montrées comme systématiquement coupables.
L’Unadfi serait-elle à ce point enfermée dans sa « Bulle » - tel le titre de sa revue – qu’elle refuse de s’ouvrir vers l’extérieur tout en stigmatisant ce qui n’entre pas dedans ? Et stigmatiser n’est pas un vain mot lorsque cette association et ses acolytes soutiennent les thèses selon lesquelles les minorités de convictions, appelées dans d’autres milieux créatifs culturels, souffriraient de déviances psychologiques, comme autant de malades potentiels à soigner dans des centres spécialisés pour les remettre sur le droit chemins. L’histoire nous parlait des minorités juives ou arabes souffrant d’un ‘sang impur’ et qu’il fallait isoler, stigmatiser au risque de radicaliser.
Il a été suffisamment montré combien les agissements des groupes anti-sectes nuisent à l’harmonie sociale, combien le terme même de ‘secte’ était volontairement discriminatoire et brisait des réputations et des vies (*) tout en s’appuyant officiellement sur une définition bâtie sur l’opinion publique…
Alors pourquoi un tel soutien des Pouvoirs Publics ?
Pourquoi une Miviludes n’ayant comme seules références associatives les anti-sectes au mépris des autres acteurs de terrain. ? Pourquoi ce refus de dialogue avec l’Etat hormis certains responsables conscients des dégâts de ce système inquisitorial ?
Enfin des questions ?
? Où sont les victimes dont-ils nous parlent tant ? Combien sont-elles ? Malgré nos nombreuses demandes aucun chiffres n’a pu nous être apporté.? Pourquoi si peu d’adhérents quand bien même les sectes sont présentées comme un fléau national ?
? Pourquoi ce refus du dialogue comme dogme imposé ?
? Pourquoi cette intolérance et cette imposition d’un modèle ‘correct’ ?
L’Unadfi et le climat de chasse aux sorcières qui sévit dans notre pays est la démonstration d’une société hiérarchisée qui, bien qu’en mutation évidente, refuse de prendre les risques qui s’imposent. Elle se livre à un véritable combat contre les créatifs culturels marqués de l’étiquette ‘secte’ alors même qu’ils travaillent à l’ouverture de la conscience. Un combat contre la pensée en évolution constante pour imposer les anciennes valeurs comme seules valables. Pourtant l’histoire a montré que l’on ne peut opposer durablement le philosophiquement ou religieusement corrects, qu’elle ne peut rester imperméable aux nouvelles convictions y compris thérapeutiques.
Face à ces atteintes à la Démocratie, à ces actes de discrimination tendant à considérer les individus créatifs de notre population comme déviants contre laquelle il faut appliquer des lois totalitaires et des mesures d’exception et montrés du doigt comme sous-citoyens pour lesquels l’Etat de droit ne s’applique pas, il temps que la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité, prennent la mesure de ce problème.
Nous en appelons donc solennellement à tous, universitaires, juristes, Instances Publiques et autres décideurs ainsi qu’aux diverses Obédiences afin qu’ils reconsidèrent en toute objectivité leur position sur ce douloureux et délicat problème.Il est temps de mettre un frein à cette inquisition rampante avant de sacrifier tous les créateurs de notre pays et de détruire le peu de démocratie qui nous reste.
Thierry BECOURT. Vice-Président du CapLC.
(*) cf. www.coordiap.com & « la nouvelle chasse aux sorcières » de Th. Bécourt – éditions Omnium(**) ‘L’histoire’ Janvier 2005 – le Moyen-Age des hérétiques.
http://exdisciplesleblog.unblog.fr/2007/05/10/lettre-ouverte-a-lunadfi/