Propositions pour les collectifs au 15.01.07

Publié le par Antoine

Raoul Marc Jennar présente à mon sens très bien la situation et ce qu'il convient de faire maintenant pour en sortir :

http://www.alternativeunitaire2007.org/spip/article.php3?id_article=1243
Le point important pour moi du mouvement issus du 29 mai est qu'il regroupe en une force groupé de citoyens d'horizons différentes, permettant enfin la participation directe aux décisions politiques.

La rupture est extrême avec ce qui existe aujourd'hui dans les differends mouvements politiques centrés autour d'une idéologie ou d'une personne.

Je le cite :

"Prendre acte signifie reconnaître l’échec d’un rassemblement qui réunit des appareils de partis et des personnes non encartées.

Prendre acte signifie intégrer le danger de la rémanence d’une culture politique caractérisée par le besoin de rapports hiérarchisés et par l’habitude de disqualifier celui qui pense autrement. "

Ses propositions en fin d'article:

"je voudrais suggérer ce qui suit dont nous pourrions tous ensemble débattre les 20 et 21 janvier :
-  1) je suis d’accord avec la proposition qui consiste à dire que ce sont des citoyennes et des citoyens qui se réunissent à Montreuil, en dehors de toute référence à un parti ou à une association et en excluant qu’il y soit fait référence. Je propose que ce soit la première décision de l’assemblée. Et que ceux qui ne sont pas d’accord la quittent.
-  2.) je propose que l’assemblée se prononce ensuite sur un ordre du jour clair et précis. Je considère donc l’ordre du jour annoncé comme une proposition qui peut être remise en question. La seule légitimité réside désormais dans l’assemblée qui va se réunir.
-  3) Mes propositions pour l’ordre du jour sont les suivantes :
  • a. permettre l’expression du plus grand nombre sur les causes de l’échec du projet lancé par l’Appel du 11 mai et en tirer des conclusions concrètes ;
  • b. sur la base de la situation telle qu’elle se présentera le 20 janvier, suite à l’Appel lancé à José Bové, décider d’une ligne politique pour les présidentielles ;
  • c. débattre des élections législatives, mais en s’accordant au préalable sur une ligne politique claire : seuls recevront notre label des candidats totalement indépendants des partis existants et décidés à faire campagne en toute autonomie au nom de notre rassemblement. S’il devait y avoir des accords avec le PCF et la LCR, cela signifierait dédouanement des partis qui ont brisé la démarche unitaire ; ce ne serait que magouilles ;
  • d. débattre du nouvel espace politique à créer avec pour objectifs au terme de nos deux journées :
    • choisir une dénomination : nous avons à nous définir non seulement par ce que nous condamnons et rejetons, mais aussi et surtout par ce que nous proposons. On ne peut pas se définir exclusivement comme des "anti" ;
    • définir les équipes de base (les comités locaux) et les critères qui les valident,
    • mettre en place un groupe de réflexion et de proposition sur les formes futures de ce nouvel espace politique ;
    • mettre en place un groupe de travail chargé du réexamen des 125 propositions trop connotées par les concessions lourdes qu’il a fallu faire à la direction du PCF ;
    • désigner un comité national provisoire en place au moins jusqu’au deuxième tour des élections législatives, chargé de valider les équipes de base et de coordonner les actions décidées par l’assemblée.
  • e. décider qu’une nouvelle assemblée se réunira au lendemain de l’élection présidentielle pour prendre attitude en vue des élections législatives."

J'approuve à 98%.

Commenter cet article