Recherche

Recommander

Syndication

  • Flux RSS des articles

Bien plus que le patronat, c'est le système bancaire qui nous exploite. Je vous explique ici comment. Cependant cela pourrait être encore pire, c'est pour cela qu'il faudra encore se mefier des réformateurs. En effet pour le rendre plus juste, on pourrait imposer de le rendre plus "sûr", c'est à dire de marquer chaque humain d'un code barre électronique pour "authentifier" les transactions.

Edité le 4.07.07 : ajout du lien vers Incursion dans un domaine trop réservé, travail collectif très complet sur le sujet.

Voir aussi sur le même sujet

 

1. L'Escroquerie : création monetaire et interêts

3 bonnes raisons qui font que les banquiers contrôlent le monde :

1. Les banques créent de l'argent ex-nihilo. Ce sont elles qui ont le pouvoir de creer la monniae scripturale, au moins 90% de la masse monétaire.


Ce système fonctionne parce qu'une personne laisse en général 90% de son argent sur son compte. (voir Je veux la terre plus 5%). Donc la banque n'est pas obligée de posseder réellement cette somme. C'est le système que l'on appel la multiplication du crédit. Voir Monnaie, crédit, capital financier .

multi.jpeg

2. Les banques réclament de l'interêt sur l'argent qu'elles fabriquent. Donc quand il existe dans le monde une certaine somme, il y a toujours une somme supérieure qui est réclamée par les banques. Schématisons :


* une banque prête 100e à Pierre et 100e à Jean.
* pednant l'année Pierre et Jean font des echanges et se retrouvent l'un à 120e et l'autre à 80e
* Pierre peut payer les 105e à la banque (100 + 5%) il lui reste maintenant 15e, sa part
* Jean doit maintenant 25e à la banque (20 qu'il ne peut pas payer + ses interêts)
* la banque à maintenant 185e + 25 des dettes de Jean = 210e or au début elle n'avait rien, et elle a fourbnit peu de travail (aucun qui n'apporte une plus value materielle). Elle a simplemet tenu les comptes des dépots et transferer les echanges de l'un à l'autre dans ses livres. Et peut maintenant reclamer "son dû". Voire l'île des naufragés.
* Il est évident que tout le monde ne pouvait pas payer ses dettes. La banque met en circulation 200e seulement. Cependant, à la fin de l'année, elle en demande 210. Cette représentation schématique est valable à grande echelle. Chaque emprunt qui augmente la masse de monnaie scripturale augmente en même temps (et un peu plus) la masse monétaire qui est "due" aux marchés. Il n'y a jamais eu assez d'argent pour rembourser les banques, et il n'y en aura mathematiquement jamais assez.


3. Elles ont le pouvoir de choisir où l'argent est investit en accordant ou refusant les prêts.


En gros elles tiennent le robinet qui alimente les entreprise. Il faut savoir que la plupart des entreprises ne peuvent se developper qu'en empruntant. Un exemple en passant : le journal Le Monde s'est récemment endetté de façon importante, en grande partie pour construire son nouveau siège.


Le problème du "trou noir" et son exemple : la dette de l'état


On s'aperçoit donc qu'à partir de 100€, le système bancaire peut fabriquer 562€. Tout en facturant des interêts à chaque étapes. Si ces interêts ne sont que la cerise sur le gateau pour les banques, au niveau global, ils créent un "trou noir" qui permet aux banques d'absorber petit à petit toute la richesse réelle, contre des chiffres "virtuels" sur des disques durs.

C'est pour cela qu'il n'y a jamais assez d'argent, que toutes les économies et toutes les entreprises sont forcées de s'accroîte ou de siparaître. Ce système fait qu'il y a toujours des banqueroutes et des hypothèques. Contre un service "immateriel" les banques acquierent petit à petit la totalité de la propriété privée. Ce qui explique qu'une infime minorité de personnes possèdent la moitié de la planètes (j'évite les chiffres sensas', ils risquent d'être faux à l'heure où vous lirez l'article).

En effet les interêts ne sont pas remboursables, car il n'y a pas assez d'argent en circulation pour les payer. Ils courent et recourent donc indéfiniment, augmentant artificiellement la dette. Vous connaissez déja ce problème avec la dette du tiers monde. Les pays qui sont encore endettés ont pourtant remboursé plusieurs fois l'argent qui leur avait été prêté. Depuis la situation s'est empirée : les pays riches aussi sont endettés envers les marchés financiers (les grandes banques). En France l'endettement de l'état est énorme et menace le principe de redistribution par l'impôt. Or cet endettement ne tient quasiment qu'aux interêts : 


Graph-dette.jpg

En France, d'après Etienne Chouard c'est depuis 1974 que l'état emprunte avec interêts aux marchés financiers. Avant cette date, quand il avait besoin d'argent, il empruntait directement à la Banque de France, et remboursait sans les interêts. Depuis Maastricht, et surtout le "mini-traité", il est impossible de faire marche arrière, même si de toute façon aucun homme politique, ni de gauche ni de droite, ne l'avait jamais proposé depuis 1974.

Une selection de textes :



Le cas américain (mauvais résumé de  L'escroquerie monétaire mondiale) :


Les américains eux aussi sont surendettés. Cet endettement ( 6 500 milliards de dollars (58,5 % du PIB ) correspond à un équivalent de dollars emis à l'étranger (reconnaissance de dettes en promesse papier). 80% des dollars se trouvent à l'exterieur des USA car : les grands marchés ( notamment le pétrole ) sont en dollar (d'où la guerre en Iraq quand Saddam a fait passer les ventes de petrole en euro), les reserves mondiales également (90% des reserves de la banque centrale européenne et de celle du Japon) . Donc personne n'a interêt à spéculer contre le dollar, à moins de vouloir se saborder avec, ce qui explique que la planche à billet tourne sans faire chuter la valeur.

Le plus fin, c'est que quand le dollar va chuter, c'est la dette américaine qui va chuter d'autant, et les pays crediteurs ( le Japon principalement je pense, mais aussi l'Europe, bref tous ceux qui ont des dollars) qui vont se faire avoir. Si la valeure du dollar diminue de moitié, la valeur de la dette américaine (en dollar) diminue de moitié aussi.

Donc les marchés financier qui ont monté cette escroquerie seront gagnant. En échange de dollars papiers, les USA achètent les matières premières nécéssaires à leur expansion. A la fin des conflits la dette sera partagée entre tous les béligerants, récompensant ainsi ceux qui se sont surendettés, comme cela a eu déja lieu à la fin de la guerre franco-anglaise au Canada.

Le truc c'est que cela se sait depuis très longtemps. Par exemple le livre secret of the federal reserve . Car la reserve federale, (comme la banque européenne)  est une entreprise privée .

Ce sont probablement de grandes banques d'affaires comme Morgan et Rotschild qui tirent leurs marrons du feu. En effet derrière les marchés financiers il y a bien des personnes physiques ! Ces masses d'argent ne sont pas anonymes, elles appartiennent forcément à quelqu'un ! Une petite minorité possède le monde, mais cela vous le saviez déja.

Deux présidents américains voulurent garder l'emmission de monnaie dans le giron de l'état, en emmetant une monnaie libre d'interêts. Ce sont les présidents Abraham Lincoln et JF Kennedy. Ce sont les deux seuls présidents américains assassinés.


L'or


L'or est une valeur stable (voir en constante augmentation en ce moment). Plus de renseignement ici :
the privateer .

Lu sur un blog :

Pendant ce temps la Banque de France vend nos réserves d'or!.

Malgré les ventes massives des banques centrales qui ont signé l'accord de Washington (1999-2004) et l'accord de Bale (2005-2010), L'once d'or est passée de 250$ à 600$ en juste quelques années.

Le marché financier international (et ses montagnes de produits dérivatifs) est au bord du gouffre.

Nos réserves d'or représentent la seule défense efficace en cas de crise.. et suite aux pressions de Mr Sarkozy (alors Ministre de l'économie et des finances)sur Mr Noyer (Banque de France)..

nous bradons!

Quand Sarkozy a vendu des réserves d'or de la france pour rembourser des interêts, c'était une enorme bêtise, qui prouve encore une fois le côté malsain de son alliance avec ce que l'Amérique a de pire.

D'ailleurs les suisses aussi sentent que c'est une erreur :
Nous perdons peu à peu notre liberté. Lire aussi Adieu l'or, qui raconte comment la Suisse fût obligée d'abandonner son lien avec l'or, ce qui met son économie en danger à terme.

En fait l'or se retrouve de plus en plus concentré dans des mains américaines, en echange de bout de papiers appellés dollars qui ne vaudront bientôt plus rien !

Le prix de l'or lui grimpe, il a plus que doublé depuis 2001 !

Le traité constitutionnel européen


L'un des majeurs problème du TCE, c'était d'ancrer tous ces principes économiques néfastes dans la constitution. Jusqu'à présent ils sont plus ou moins connus, plus ou moins légaux, mais ils sont révocables (ok, dans un autre monde ou l'on choisirait notre politique, mais quand même). Or avec le TCE, ils devienent gravés dans le marbre, et c'est pour moi le principal soucis de ce traité.

Sur le site mondialisation.be :
A propos de l'article 104

et aussi :
Relatif a la constitution


L'interdit visant les interêts

Au moyen age, il était interdit de prêter de l'argent en demandant des interêts. En effet l'usure et le prêt à interêt sont interdit autant dans la Bible que dans le Coran. Cela s'inscrit dans la volontée constante dans ces textes de lutter contre la pauvreté :

Lévitique 25,35-36 :

Si ton frère devient pauvre, et que sa main fléchisse près de toi, tu le soutiendras ; tu feras de même pour celui qui est étranger et qui demeure dans le pays, afin qu'il vive avec toi.
Tu ne tireras de lui ni intérêt ni usure, tu craindras ton Dieu, et ton frère vivra avec toi.
Tu ne lui prêteras point ton argent à intérêt, et tu ne lui prêteras point tes vivres à usure.


Ce sont les règles données par YHWH après avoir sortit les hébreux de l'esclavage en Egypte. Pour préserver leur nouvelle liberté, Il leur interdit tout les moyens d'oppressions.

Ezechiel, chapitre 18
Quiconque est juste, pratique le droit et la justice,
ne mange pas sur les montagnes et ne lève pas les yeux vers les ordures de la maison d'Israël, ne souille pas la femme de son prochain, ne s'approche pas d'une femme en son impureté,

n'opprime personne, rend le gage d'une dette, ne commet pas de rapines, donne son pain à qui a faim et couvre d'un vêtement celui qui est nu,
ne prête pas avec usure, ne prend pas d'intérêts, détourne sa main du mal, rend un jugement véridique entre les hommes,
se conduit selon mes lois et observe mes coutumes en agissant selon la vérité, un tel homme est juste, il vivra, oracle du Seigneur YHWH.

Dans le Coran, il en est rigoureusement de même :

"Dieu a permis la vente et a interdit l'usure." (Coran, S. 2 - La Vache, v. 275).

"Croyants ! Ne pratiquez pas l'usure, doublant ainsi vos profits." (Coran, S. 3 - La famille d'Omran, v. 130).

La tradition musulmane insiste sur le caractère injuste de cette pratique. Le prêteur, placé dans une position de force par rapport à l'emprunteur s'appuie sur la difficulté de ce dernier pour s'enrichir sans fournir le moindre effort. Ceci est aussi loin que possible de : la justice, la fraternité et la générosité, principes fondamentaux de l'Islam.  Introduction au système bancaire islamique

A noter cependant la différence entre le Coran, dans lequel seulement prêter avec interêt est interdit, et les haddiths ( pour simplifier sauvagement : la tradition) qui interdisent également de souscrire un prêt à interêt.


2. Monnaie mondiale et puce Verichip : la deuxième couche


Ce problème est longtemps resté propre aux "conspirationistes", terme employé pour décrié ceux qui croient que le pouvoir manipule l'économie et le politique. Pourtant avec le NON à la constitution, une certaine publicité a été donné au problème de la banque centrale.

Ces mesures sont à la fois défendues par les groupes de reflexion fincanciers et par des "contestataires" comme Pierre Boccara du PCF ou
André-Jacques Holbecq et son ecosociétalisme. Il y a une convergence pour demander une monnaie unique, très securitairement contrôlée par l'état.

Les mesures proposées pour combattre cette injustice sont les mêmes que celle attendues par le marché :

  • 1. une monnaie mondiale unique. l'aboutissement de l'ouverture des marchés au capitalisme 
  • 2. la création d'une instance internationale pour : assurer la mise en place de cette monnaie, l'imposer à tous et sécuriser son utilisation.


Cette instance qui risque de se presenter comme "neutre" en étant purement technique ou purement économique, aura de fait un controle énorme sur le commerce et à travers lui sur beaucoup de choses. Or ne me dites pas qu'il y a aura un controle démocratique de la population sur ce pouvoir. Soit ce pouvoir sera totalement indépendant d'un contrôle poltique, soit il sera controlé par une succursale de l'ONU, c'est à dire par les chefs d'états, et à leurs tête les dirigeants des pays riches.

Mais le noeud du problème, c'est que cette monnaie, que certains veulent purement électronique, aura besoin d'être "sécurisée". Or d'experience, sécurité, on sait que cela veut dire flicage, fichage. Pour assurer la sécurité des transactions, et aussi l'identification pour le commerce par internet, vont se mettre en place de nouveaux moyens de paiement, ce sera très probablement le moment d'imposé les puces RFID et Verichip.

C'est à dire d'apposer sur chaque être humain une sorte de code barre électronique. Celà correspond tout à fait aux demandes d'IBM d'un système global d'identification des personnes. En effet IBM participe au projet Verichip
Il existe bien malheuresement un antécédant historique d'un tatouage sur le bras relié à un des tous premiers système informatisé. C'était déja l'oeuvre d'IBM.

Ce qui se prépare c'est un monde ou tous les deplacements, les achats, seront informatisés, tous les hommes pucés (comme on le fait déja sur les animaux) pour mieux les contrôler. Il y a plus de 1900 ans, Jean avait écritqu'en ces jours là :

Apocalypse, chapitre 13 :

Et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu'il lui était donné d'opérer en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image à la bête qui avait la blessure de l'épée et qui vivait.

Et il lui fut donné d'animer l'image de la bête, afin que l'image de la bête parlât, et qu'elle fît que tous ceux qui n'adoreraient pas l'image de la bête fussent tués.

Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front,

et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque,
le nom de la bête ou le nombre de son nom.

C'est ici la sagesse. Que celui qui a de l'intelligence calcule le nombre de la bête. Car c'est un nombre d'homme, et son nombre est six cent soixante-six.



3. Un état totalitaire au service des puissants


Derrière cette contestation légitime du système économique, se profile une solution étatiste, reposant sur le mythe, présents même dans les milieux contestataires que l'état est la collectivité. L'état c'est nous, le peuple nouveau Louis XIV, c'est du rêve. En fait cette idéologie d'une contrôle total de l'état sur l'économie, justifiée par la même dénonciation des milieux financiers, a servi au XXe siècle à construire les deux grands totalitarisme : le national-socialisme et le communisme d'URSS. Voir
Partie I : Le nazisme et le capital - Wottan et Mammon .

Parallèlement à cette prise en charge douteuse de l'économie par l'état qui se prépare, c'est aussi par les moyens technique la fonction policière de l'état qui se renforce. En témoigne ce qui se passe outre-atlantique où les américains sont en train de se faire avoir tout doucement par une dictature fédérale, dont l'un des éléments révélateur est la FEMA, qui s'est révélée pendant le cyclone Katrina .


La réalité est plus contrasté. S'il existe des modes d'élections représentative, l'état, c'est toujours l'état. Essayez d'expliquer à Monsieur l'agent qu'il est votre employé, au fisc, ou encore expliquez aux ASSEDIC qu'ils sont là pour vous rendre service, après toutes vos années de cotisations, vous comprendrez rapidement que vous n'êtes pas l'état et que l'administration vous administre vous, et surement pas l'inverse. La notion de collectivité s'envole avec la destruction du lien social dans la société industrielle.

Derrière certaines contestations dites "de gauche" se profile la toute puissance de l'état, au service des puissants. Et derrière l'idéologie de droite, et le pseudo-libéralisme, c'est pareil. Bien finie l'époque ou liberalisme signifiait l'interdiction des monopoles et moins de pouvoir  aux autorités. Aux USA, censés être les champions du libéralisme, le rôle de l'état se renforce, et ce n'est pas forcément un progrès social.

Contrôle de l'économie, torture, prisons secrètes, fichage des étrangers, des handicapés, eugénisme déguisé en progrès médical, idéologie sécuritaire
raciste et étatiste, rafles, construction d'un homme nouveau grâce à la technique, les références sont claires, je me demande à quel point il faut être absorbé par son bouleau pour ne pas les voire. Notre ami Sarkozy et son ami Georges W posèrent ensemble en photo, soutien de celui-ci à la campagne de celui-là. L'alliance est claire, allez donc feuilleter la biographie de la famille Bush dans les e-books pour voir comment Prescott Bush, l'illustre grand-père, gagna ses lettres de noblesses.

Mefions nous donc, que nos critiques légitimes de ce monde injuste ne soient pas récupérées pour mettre en place le nouvel ordre mondial cher à nos illustres pompiers pyromanes. C'est vraiment pour vous inciter à vous méfier des solutions proposées que j'ai écrit cet article. Le remède peut s'avérer bien pire que le mal qu'il est censé guérir.


C'est aussi une bonne nouvelle et un avertissement. La bonne nouvelle c'est que contrairement à ce qu'on nous a appris les lois divines protegent le peuple quand elles sont respectée, et qu'il y a toujours un secours a attendre de YHWH pour ceux qui le craignent. L'avertissement, c'est que si nous suivons ceux qui nous exploitent dans leur lutte contre Dieu, ils nous en exploiterons d'autant plus, et que Lui se retournera surement contre nous au jour du jugement.

Avenir sombre ? Pas plus que le passé. Rejouissons nous maintenant, car qui sait de quoi deman sera fait.

Ecclesiaste :

11:4  Celui qui observe le vent ne sèmera point, et celui qui regarde les nuages ne moissonnera point.
11:5 Comme tu ne sais pas quel est le chemin du vent, ni comment se forment les os dans le ventre de la femme enceinte, tu ne connais pas non plus l'oeuvre de Dieu qui fait tout.
11:6 Dès le matin sème ta semence, et le soir ne laisse pas reposer ta main ; car tu ne sais point ce qui réussira, ceci ou cela, ou si l'un et l'autre sont également bons.
11:7 La lumière est douce, et il est agréable aux yeux de voir le soleil.
11:8 Si donc un homme vit beaucoup d'années, qu'il se réjouisse pendant toutes ces années, et qu'il pense aux jours de ténèbres qui seront nombreux ; tout ce qui arrivera est vanité.
11:9 Jeune homme, réjouis-toi dans ta jeunesse, livre ton coeur à la joie pendant les jours de ta jeunesse, marche dans les voies de ton coeur et selon les regards de tes yeux ; mais sache que pour tout cela Dieu t'appellera en jugement.
11:10 Bannis de ton coeur le chagrin, et éloigne le mal de ton corps ; car la jeunesse et l'aurore sont vanité.


Voir aussi sur le même sujet



Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires - Publié dans : Démystification
Mardi 3 juin 2 03 /06 /Juin 23:25

Communauté : Novus ordo Seculorum
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés